Que peut apprendre la démocratie multiraciale américaine de l’Afrique?

Le 6 janvier 2021, le monde entier a regardé avec stupeur les émeutiers, principalement blancs, partisans du président Trump, qui ont pris d’assaut le Capitole américain à Washington DC pour intimider et forcer le Congrès à arrêter la transition du pouvoir.

Par Abdoulaye NDIAYE

ETATS-UNIS – Ce fut par toutes les mesures une insurrection, un coup d’État manqué et une attaque flagrante contre l’exceptionnalisme de la démocratie américaine.

Après tout, la démocratie a été la plus grande exportation mondiale des États-Unis, mais le 6 janvier a profondément exposé de manière opaque sa superficialité, ses défauts et le mensonge inconnu du reste du monde.

La violence et la suppression des votes dans la politique américaine dirigée contre les Noirs et les minorités par des politiciens blancs ne sont pas nouvelles, et le 6 janvier était simplement le cas des mêmes politiciens blancs visés par une foule blanche en colère.

La nature moins sévère et même accommodante de la police du Capitole avec ces foules en colère ne fait que parler du privilège blanc et de la dichotomie raciale sur laquelle la démocratie exceptionnelle américaine avait prospéré.

L’incident du Capitole américain a représenté une attaque contre la démocratie multiraciale par une foule d’émeutiers principalement blancs déterminés à maintenir le statu quo dans la politique américaine.

Souvent, les descendants de l’oppresseur (les blancs) sont piégés comme James Baldwin (Lettre à mon neveu, Progressive Magazine, 1962) le note dans une histoire qu’ils ne comprennent pas.

Ils ne comprennent tout simplement pas la base historique de leur privilège dans la société et comment cela se connecte à la condition marginalisée des opprimés.

La démocratie multiraciale est essentiellement nouvelle en Amérique, vieille de quelques générations, fragile et pleine de défis qui ne sont que trop familiers aux Africains.

En fait, l’Amérique pourrait aussi avoir besoin d’apprendre autant de la riche expérience imparfaite de l’Afrique en matière de démocratie multiethnique et pluraliste.

Contrairement à l’opinion populaire, la démocratie américaine n’a jamais bien fonctionné dans la mesure où elle est socialement juste et inclusive de ses minorités raciales opprimées.

Elle a apparemment fonctionné dans le passé grâce à un effort délibéré et intentionnel pour maintenir la domination blanche, l’esclavage et la suppression violente de la participation des Noirs et des minorités au processus électoral.

Le processus de suppression de la démocratie multiraciale en Amérique s’est poursuivi ces derniers temps avec un système qui favorise les riches et les riches, dévorés par la corruption, la cupidité capitaliste, le racisme et la marginalisation des minorités ethniques par un processus calculé de violence structurelle.

À la suite de Trump, de la pandémie de Covid-19, de George Floyd, de Black Lives Matter et de la brutalité policière dirigée de manière disproportionnée sur sa population noire, les États-Unis doivent maintenant faire face à une économie politique multiraciale, consciente et pluraliste de plus en plus complexe pour laquelle ils n’a pas l’expérience requise pour gérer.

Quatre ans de Trump, sa gestion de la pandémie de Covid-19, les relations raciales et les élections post-américaines 2020 ont tous gravement endommagé la position mondiale des États-Unis.

Il est temps pour l’Amérique de déconstruire et de décoloniser son modèle démocratique existant au niveau local et par rapport au reste du monde.

En ce qui concerne la démocratie multiraciale, l’Amérique doit maintenant apprendre du reste du monde plutôt que de se concentrer sur le fait d’être les transporteurs d’un processus qui est profondément imparfait chez lui.

La riche expérience démocratique pluraliste de l’Afrique, structurée sur de multiples couches d’ethnies, de classes, de religions, d’éducation occidentale et de dichotomies traditionalistes, urbaines et rurales, et sur l’expérience coloniale, constitue un bon point de départ.

Je dis l’Afrique, et cela peut sembler ridicule pour beaucoup de savoir ce que l’Amérique toute-puissante peut apprendre de l’Afrique, dont le processus démocratique fait souvent l’objet de blagues de la part des analystes et des observateurs internationaux.

L’Afrique, néanmoins, représente les économies politiques les plus denses et les plus complexes du monde avec plus de 2000 ethnies et une mosaïque de trois à quatre ethnies dans un rayon d’un mille carré à certains endroits.

La diversité des groupes, des dialectes, des normes, des valeurs et des systèmes, même au sein des mêmes ethnies, est remarquable.

L’existence de ces cultures et de cette diversité en mosaïque indique un environnement de démocratie, d’engagement consultatif et de systèmes pacifiques d’organisation politique, sociale et économique en Afrique précoloniale qui ont été considérablement et souvent violemment perturbés par l’esclavage, le colonialisme et l’influence néocoloniale actuelle.

Cela ne justifie pas les Africains de toute forme de violence les uns contre les autres; des royaumes ou des empires ont été formés à travers le continent africain, mais ceux-ci ont largement abouti à la coexistence par opposition à l’anéantissement complet des Amérindiens aux États-Unis.

L’accent mis sur le collectif (Ubuntu), le dialogue ou l’approche consultative, les valeurs communautaires, la justice sociale, l’empathie et la tolérance est fondamental pour la cohésion et la résilience au sein de l’organisation démocratique politique et économique des systèmes africains traditionnels.

Le plus grand défi en Afrique n’a pas été le manque de systèmes efficaces d’organisation politique et économique, mais le doute de soi dans ces systèmes maintenant encore approfondis par l’influence néolibérale, la glorification occidentale et un programme de lavage de cerveau qui alimente la mauvaise éducation et la haine de soi.

Après l’indépendance, la plupart des nations africaines ont cherché à continuer avec les systèmes d’administration coloniaux durs perturbateurs ou à adopter des modèles démocratiques américains et à abandonner les systèmes précoloniaux qui travaillaient efficacement pour l’organisation de la société dans son environnement traditionnel pluraliste.

La superposition de ces modules coloniaux et américains sur les systèmes traditionnels africains a entraîné des processus de dispensation démocratique qui étaient hostiles au corps politique du peuple, entraînant des coups d’État, une corruption systémique, une polarisation ethnique, où les partis politiques basés sur les ethnies et les régions émergé et lié à l’allocation des ressources par les États.

La médiocrité de la part des élites ou des dirigeants africains doit encore permettre une libération totale et le développement d’idéologies solides pour l’organisation politique, sociale et économique de son peuple.

Les puissances coloniales et néolibérales occidentales jouissent de la médiocrité, de la myopie et du manque de leadership transformationnel, car elles maintiennent leur accès sans entrave à nos ressources.

Contrairement à l’Afrique, la démocratie multiraciale américaine a le luxe de s’approprier son propre destin et est dépourvue des forces coloniales ou néocoloniales extérieures présentes en Afrique.

Aucun dirigeant externe n’a demandé au président Trump de démissionner ni n’a été qualifié de dictateur, les observateurs électoraux internationaux ne sont pas sur le terrain et le contrôle des ressources américaines par des forces extérieures n’est pas en jeu.

Néanmoins, la démocratie multiraciale américaine est jeune, fragile et a le potentiel d’imploser sous la haine raciale, les luttes de classe, la marginalisation et la cupidité capitaliste qui mettent les ressources entre les mains des riches 1% et 99% sans.

L’État américain est beaucoup plus militarisé, la possession d’armes à feu est élevée avec plusieurs groupes paramilitaires existants, d’où le potentiel de terrorisme interne ou d’insurrection en raison des échecs du processus démocratique peut-être élevé.

Comme en Afrique, le défi de la démocratie multiraciale en Amérique dépendra en grande partie de la construction de la cohésion nationale avec un fort sentiment d’identité positif, qui mène à l’unité et à la transformation.

Cela dépendrait de la façon dont les Blancs acceptent le nouveau statu quo diversifié en politique et de la facilité avec laquelle ils sont prêts à renoncer à certains privilèges. Quatre ans de Trump et l’émergence d’une démocratie multiraciale poussent l’Amérique au bord du chaos.

Essentiellement, l’Amérique est maintenant là où l’Afrique était après l’indépendance, en ce qui concerne sa jeune et fragile démocratie multiracial.

Les démocraties multiethniques africaines construites sur les fondements culturels africains du communautarisme et de l’ubuntu ont fait preuve d’une résilience remarquable malgré des années d’esclavage, de colonialisme, de mauvaise gouvernance, de guerres, de troubles, d’épidémies de maladies et de troubles environnementaux.
L’Afrique a eu du mal à trouver un doux équilibre entre ses cultures communautaires et les processus démocratiques occidentaux de haut niveau qu’elle a adoptés. L’Amérique doit lutter contre ses valeurs hautement individualistes et son capitalisme dans une économie politique de plus en plus multiraciale et plurielle.

Articles connexes

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article

Les derniers articles

Amath Dansokho, Amadou Tidiane Ba et Thierno Birahim Ndao, parrains d’établissements de santé

Les noms de trois figures de la politique, de l’enseignement supérieur et de l’administration, Amath Dansokho, Amadou Tidiane Ba et Thierno Birahim Ndao, ont...

Teqball, le championnat national bat son plein

Après une 1ère journée de championnat national « réussi » à Saint-Louis, l’association sénégalaise de teqball (Asteq) enchaine. Pour cette 2ème journée prévue les...

Inde – Incendie chez le plus grand fabricant de vaccins au monde

Un feu s’est déclaré au Serum Institute of India, à Pune, où sont produites actuellement des millions de doses du vaccin contre le coronavirus...

Lancement d’un portail sur l’égalité femme-homme, Louise Mushikiwabo attendue à Dakar le 26 janvier

La Secrétaire générale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, sera à Dakar le 26 janvier à l’occasion du lancement d’un portail de ressources dédié aux enseignants...

Abou Lô nouvel ambassadeur du Sénégal au Congo

Le chef de l’Etat vient de nommer Abou Lô Ambassadeur du Sénégal en République du Congo. POLITIQUE -Abou Lô, l’ancien Directeur général de l’Autorité de...

Newsletter

Subscribe to stay updated.