Société

Rougeole – Plus de 5000 décès d’enfants évités par an depuis 2005

La vaccination contre la rougeole a permis d’éviter annuellement quelque 5000 décès d’enfants depuis 2005, a indiqué Docteur Ousseynou Badiane, coordonnateur du Programme élargi de vaccination (PEV) à la direction de la Prévention du ministère de la Santé, rapporte l’APS.

ROUGEOLE – ’’La vaccination a en général permis la baisse de la morbidité en baisse de plus de 90 %. Pour la rougeole, plus de 5000 décès d’enfants ont été évités par an depuis 2005’’, a salué, mercredi, Docteur Badiane, lors d’un atelier à Thiès sur la vaccination destiné aux journalistes spécialisés en santé.

Dans sa communication sur le bilan et les perspectives de la vaccination au Sénégal, il a relevé que depuis 2005, ’’aucun décès du à la rougeole n’a été enregistré’’’’La vaccination reste l’un des moyens les plus efficaces de prévention en matière de santé publique’’, a t-il rappelé.

’’La vaccination est très importante. Malheureusement, on parle plus des maladies que de la prévention. De plus en plus on est confronté à la résurgence de certaines maladies’’, a-t-il expliqué.

Selon Dr Badiane, ’’la vaccination a contribué à l’éradication de la poliomyélite, au maintien de l’élimination du tétanos néonatal (éliminé en 2011 au Sénégal) et à l’élimination de la rougeole et du syndrome de rubéole congénitale’’.

’’Chaque année, près de 600.000 enfants de 0 à 11 mois sont vaccinés et pour le vaccin contre le cancer du col de l’utérus (HPV) qui concernent les filles de neuf ans, le nombre se situe autour de 200.0000’’, a-t-il souligné.

Le PEV vise ’’la réduction de la morbidité et de la mortalité liées aux maladies cibles évitables par la vaccination’’, a rappelé Docteur Badiane.

Il s’agit aussi d’atteindre une couverture vaccinale d’au moins 90% des enfants âgés de 0 à 23 mois pour tous les antigènes au niveau national, de vacciner au moins 90% des enfants âgés de 0 à 23 mois pour tous les antigènes au niveau de chaque district et de vacciner au moins 90% des femmes enceintes au VAT2 au niveau de chaque district.

En ce qui concerne la couverture vaccinale, il a indiqué le Sénégal est à ’’des taux très élevés’’ mais Dakar notamment avec ses zones urbaines et péri-urbaines ’’pose plus de problèmes que les régions surtout avec les communautés étrangères’’.

Aussi, ’’les grandes villes comme Touba posent aussi problème’’, selon le responsable, relevant que la ville sainte ’’fait partie des 21 districts prioritaires de la vaccination ciblés en 2019’’.

Le Programme Elargi de Vaccination a été initié en 1979 au Sénégal avec notamment six antigènes (Dipthérie, Tétanos Coqueluche, Poliomyélité, Rougeole, Fièvre Jaune).

En 2004, a rappelé Docteur Badiane, ’’il y a eu l’introduction de nouveaux vaccins, de l’hépatite B en 2016 (avec une efficacité maximale dans les 24 heures après la naissance) et en 2018 l’introduction du vaccin contre le cancer du col de l’utérus (HPV) dans la vaccination de routine’’.

Les défis du Programme Elargi de Vaccination restent selon
le coordonnateur du programme le financement durable, l’amélioration de la gestion des vaccins et la prise en compte des données du secteur privé.

En 2019, le PEV dispose de 14 antigènes (vaccins) pour 13 maladies dont l’hépatite B, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la rougeole,l’infections à Rotavirus, la rougeole, la rubéole, la méningite entre autres.

Maderpost / Aps

Tags
Show More

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close