- Advertisement -

La nourriture salée « étoufferait » les cellules immunitaires

Le sel amoindrit la respiration et la production énergétique cellulaire. Avec des conséquences non seulement sur la maturation des monocytes, précurseurs des macrophages, mais aussi probablement sur l’ensemble des cellules de notre corps.

Par Céline Deluzarche

SANTE – L’excès de sel est connu pour favoriser l’hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaires, les calculs rénaux ou l’ostéoporose.

De précédentes études (lire ci-dessous) ont également montré que le sel affaiblit les défenses immunitaires, en inhibant l’action des granulocytes neutrophiles, les globules blancs qui « mangent » les cellules infectées.

Des chercheurs de Max Delbrück Center, à Berlin, ont aujourd’hui découvert un nouveau mécanisme à l’œuvre : le sel « étoufferait » littéralement nos cellules en empêchant la respiration mitochondriale.

Les cellules produisent moins d’ATP et consomment moins d’oxygène

En 2015, des chercheurs avaient remarqué que des concentrations élevées de sodium dans le sang affectent à la fois l’activation et la fonction des monocytes circulant, les précurseurs des macrophages qui sont les « camions poubelle » chargés de nettoyer les microbes morts.

Mais les mécanismes de cet effet demeuraient encore mystérieux. Sabrina Geisberger et ses collègues ont cherché à en savoir plus : ils ont d’abord examiné le métabolisme des cellules immunitaires d’hommes et de souris soumises à des concentrations élevées en sel.

Après seulement trois heures, ils ont observé que le sel perturbait le fonctionnement des mitochondries, la centrale énergétique de la cellule.

Résultat : « Les cellules produisent moins d’ATP [le carburant qui alimente les cellules pour que celles-ci fabriquent les protéines et d’autres molécules, ndlr] et consomment moins d’oxygène », atteste Sabrina Geisberger, principale auteure de l’étude parue dans la revue Circulation.

Paradoxalement, l’effet immunitaire est renforcé car cette perturbation de la respiration aboutit à une maturation différente des monocytes.

« Ces derniers dopent la réaction inflammatoire des phagocytes, ce qui accroît leur capacité à lutter contre les infections bactériennes mais peut aussi amener à une augmentation du risque cardiovasculaire », explique Dominik Müller, coauteur de l’étude.

Une seule pizza suffit à priver les cellules d’énergie

La bonne nouvelle, c’est que cet effet semble transitoire. Les chercheurs ont étudié l’effet d’une seule pizza contenant 10 grammes de sel chez des volontaires masculins.

« Alors que l’effet modérateur sur les mitochondries est significatif trois heures après le repas, il est à peine mesurable après huit heures », note l’étude. « C’est une bonne nouvelle, car s’il s’agissait d’une perturbation prolongée, les cellules pourraient être durablement privées d’énergie, confirme Dominik Müller. Néanmoins, le risque à long terme d’une consommation répétée d’aliments très salés ne doit pas être exclu ».

Maderpost / Futura

ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez connecter

21,986FansJ'aime
2,832SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -

Derniers Articles