La popularité du gaz importé ne cesse de croître sur l’ensemble du continent africain

Avec la production record de gaz américain cette année et la promotion du gaz en tant que source d’énergie «plus propre et moins chère», une des priorités pour la Maison blanche actuelle, le ministère américain de l’énergie cherche maintenant des opportunités en Afrique dans l’exploration, la production et la monétisation du GNL.

GAZ – Au cœur d’une production « record », le gouvernement américain affiche sa volonté de développer le dialogue industriel avec l’Afrique au sujet du GNL

Selon le Secrétaire à l’énergie Rick Perry, «l’augmentation des quantités de GNL américain sur le marché mondial profite à l’économie américaine, aux travailleurs américains et aux consommateurs, et contribue à rendre l’air plus propre dans le monde entier.»

La popularité du gaz importé ne cesse de croître sur l’ensemble du continent africain. Tout récemment, l’Afrique du Sud a fait part de son intention d’ouvrir son premier terminal d’importation de GNL en 2024.

Pendant ce temps, la production de gaz aux États-Unis monte en flèche.

Actuellement à 6 milliards de pieds cubes (Gpi3) par jour, la production devrait atteindre 10 Gpi3 d’ici la fin de 2020. Une telle conjoncture fait de l’Afrique un partenaire sensé pour les États-Unis, qui s’efforcent de consolider leur position de superpuissance énergétique.

Dans le cadre de cette mission, Steven Winberg, Secrétaire adjoint à l’énergie fossile, se joindra à 22 ministres panafricains lors du sommet de la Semaine africaine du pétrole au Cap, en novembre prochain.

Il profitera de l’événement pour présenter au continent les points de la politique énergétique américaine, et esquisser une vision pour un engagement plus profond des États-Unis en Afrique dans les secteurs du pétrole, du gaz et de l’électricité.

Cette vision semble devoir englober l’accroissement des échanges commerciaux et des investissements bilatéraux entre les États-Unis et l’Afrique, les États-Unis mettant à disposition des capitaux potentiels pour des co-entreprises et cofinançant des infrastructures de GNL pour les pays africains en manque d’énergie.

L’annonce de la participation du Secrétaire Winberg au sommet s’accompagne de plusieurs investissements majeurs du secteur privé américain dans le secteur énergétique africain.

ExxonMobil fait des progrès au Mozambique avec son projet de GNL Rovuma, dans le bloc en eau profonde de la Zone 4 qui contient plus de 85 trillions de pieds cubes de gaz naturel.

Il convient de noter en particulier l’annonce récente par Anadarko de sa décision d’investissement finale (DIF) pour la construction d’un terminal de liquéfaction et d’exportation de gaz de 20 milliards de dollars au Mozambique, le plus grand projet de GNL jamais approuvé en Afrique. 

Un représentant d’ExxonMobil couvrira le projet de GNL Rovuma au Mozambique lors de la Semaine africaine du pétrole et l’ENH ainsi que l’INP seront dûment représentés au cours de cette conférence.

La Semaine africaine du pétrole met à nouveau l’accent sur la place du gaz dans le marché énergétique, avec 5 sessions dédiées exclusivement au GNL dans le programme de l’événement. 

Articles connexes

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article

Les derniers articles

  Coronavirus – Le décompte à 5morts ces dernières 24 heures

La liste des morts liées au covid-19 s'est enrichie de 5 unités ces dernières 24H a indiqué jeudi le ministère de la Santé et...

Pénuries d’eau, accaparement des terres et d’autres sujets à la une

 Les quotidiens reçus jeudi à l’APS sont préoccupés par les sujets sociaux, dont les pénuries d’eau à Dakar, la gestion du corps médical et...

 Aar linu bokk / Noo lank demandent la renégociation du contrat Akilee-Senelec 

  Apres investigations, Ñoo Lank et Aar Liñu Bokk ont constaté que la Senelec est le seul perdant dans ce contrat et elles l’Etat...

60 % des dakarois pas d’accord sur la levée des restrictions,37% d’accord avec le président

Le Bureau de Prospective Economique (BPE) du Sénégal dans une enquête d’opinion pour évaluer le niveau de sensibilisation et les comportements des populations face...

«Nous appliquerons la réciprocité avec l’Ue, il n’est pas acceptable de stigmatiser les pays africains»

Le Sénégal ne fait pas partie des pays à qui l’union européenne va ouvrir ses frontières. Du moins, pour l’instant. Ce que le ministre...

Newsletter

Subscribe to stay updated.