Libasse Diagne – «Nos 3145 parcelles menacées de démolition à Dialoba…»

Situé entre Tivaouane Peul et Keur Massar, Diallopdigue communément appelé « Dialoba » est un site de la commune de Malika occupé par des cultivateurs depuis la création du village en 1914. C’est une zone très convoitée par de gros bonnets : promoteurs immobiliers et hommes d’affaires fonciers selon Libasse Diagne, président du Collectif des Propriétaires de Terrains à Diallopdigue Malika.

FONCIER – Cette zone a été virtuellement morcelée et attribuée à des tiers spéculateurs et manipulateurs profitant de la faiblesse d’esprit de certains agents de l’administration pour exproprier et mettre à nu les authentiques héritiers de cette terre, un site coutumier et religieux qu’est celui de Mame Limamoulaye AL Mahdi.

La convoitise de cette localité est sans doute accentuée par sa proximité avec la mer ainsi que son accessibilité grâce au prolongement de la voie de dégagement nord sans passer sous silence la qualité de l’air.

Dialoba, inclus dans ce site traditionnel, coutumier et religieux comme tant d’autres cités relevant du même statut notamment Touba, Tivaouane, Rufisque, Yoff, Cambérène pour ne citer que ceux-là, leurs héritiers pour la plupart non instruits ont morcelé et cédé la majeure partie de leur héritage foncier initialement des champs à de valeureux citoyens ambitieux et soucieux de l’avenir de leurs progénitures.

Par conséquent, des actes de ventes et de cessions de la part de ces héritiers légitimes ont été dument attestés et approuvés, pour la plupart, par la signature et le cachet du maire de Malika en l’occurrence Mr. Momar Talla Gadiaga sur l’acte administratif dénommé « ATTESTATION DE PROPRIETE » pour servir et valoir ce que de droit.

Et pour beaucoup, cette attestation a entrainé le paiement d’une quittance de versement au trésor d’un montant de cent mille francs (100.000F) par parcelle de (150m2).

Héritiers et acquéreurs, tous motivés et convaincus par cet acte administratif octroyé par le premier magistrat de la ville de Malika représentant de Mr. Le Président de la République dans la commune, leur rêve d’un monde futur et meilleur commence à se concrétiser par la poussée de bâtiments en construction voire habités.

Ce rêve est celui de tout Sénégalais pétri de valeur, de dignité et du sens de la responsabilité : le rêve de se sentir chez soi ; le rêve de ne pas braver les mers et les océans au péril de la vie ; le rêve d’être à l’abri de la xénophobie ou du racisme ; le rêve de ne jamais être un sans domicile fixe (SDF) ; le rêve de … Le Grand Rêve d’avoir un toit chez soi s’effondre !!!

C’est devenu un cauchemar constant presque mortel qui nous hante nuit et jour lorsqu’en janvier 2019, la DSCOS nous a notifié d’un arrêt de construction pour motif de non-conformité du lotissement du site de Dialoba aux normes de l’urbanisme. Ainsi par correspondances administratives, la mairie de Malika a réitéré aux autorités sous préfectorales sa ferme volonté de répondre à leurs exigences.

La DSCOS revient encore tel un poignard en plein cœur avec des bulldozers, avec une cargaison d’une centaine de gendarmes armés jusqu’aux dents et ont commencé à raser des bâtiments en finition depuis le rond-point de Tivaouane peulh jusqu’à Malika en passant par Diallopdigue. Plus de cent quarante bâtiments ont été démolis. La majorité des impactés a contracté des prêts bancaires pour honorer l’obligation de loger leurs familles.

Comble de désespoir ! Comble de malheur ! la DSCOS n’est-elle pas en train de déposséder la plèbe au profit de la grande bourgeoisie et de l’aristocratie Sénégalaises qui seraient détenteurs de bail d’ailleurs fictifs selon Mr. Gadiaga le Maire de Malika : Nous sommes en train de revivre la fable de « COUMBA AM NDEYE AK COUMBA AMOUL NDEYE ».

Assurément, l’on peut bien penser que ce principe religieux de vie sociale communautaire de notre guide spirituel MAME LIMAMOULAYE AL MAHDI, symbole d’unité et de cohésion sociale, de paix, de solidarité et de partage, marque indélébile de la communauté Layéne est sauvagement bafoué. Et les principaux coupables de ce sacrilège restent là impunis : la DSCOS et ses acolytes (quelques agents de l’administration et probables voire éventuelles grosses pointures personnes physiques et morales).

Le regroupement des collectifs des propriétaires de champs et de terrains de la cité Chérif Abdoulaye Thiaw de Malika prolongement VDN3 et les collectifs concernés dialoba « Diallopdigue », famille Maimouna Ba, cité Chérif Abdoulaye Thiaw réclament ce qui leur revient de droit. Le Collectif de Dialoba totalise 2000 parcelles appartenant à 24 familles : 522 propriétaires identifiés, dont plus de 80 émigrés, 98 bâtiments, 7 démolis par DSCOS.

Les autres collectifs sont propriétaires de 1145 parcelles appartenant à 63 familles : 205 propriétaires identifiés 140 bâtiments démolis par la DSCOS.

Maderpost / Igfm 

Articles connexes

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article

Les derniers articles

  137 nouveaux cas dont 72 communautaires, 4 décès, 45 cas graves, 3685 personnes sous traitement

Le ministère de la santé et de l’Action sociale informe lundi 10 Août que le Sénégal a enregistré 137 nouveaux cas de contamination...

Covid 19- Floraison des cas communautaires -L’histoire donne raison à Abdoulaye Diouf Sarr

« Magoum wakhone nako, mo gueune magoume khamone nako » (Mieux vaut prévenir que guérir). OPINION - Le Ministre de la Santé et de l’Action sociale...

Bordeaux : Paulo Sousa va quitter les Girondins, Jean-Louis Gasset devrait lui succéder

Paulo Sousa devrait être libéré ce lundi matin de ses deux dernières années de contrat. Jean-Louis Gasset est attendu pour lui succéder dans...

Mauritanie : Ghazouani veut « relancer la machine » (analyste)

Pour le journaliste mauritanien, Bakari Guèye, l’avènement d’un nouveau gouvernement dans son pays procède de la volonté du chef de l’Etat de donner corps...

Diourbel : L’IREF a versé 18 millions aux collectivités territoriales entre 2019 et 2020

  Le chef de l’Inspection régionale des Eaux et Forêts (IREF) de Diourbel, Colonel Ndeury Diaw a indiqué, dimanche, à Bambey, que 18 millions FCFA...

Newsletter

Subscribe to stay updated.