Coronavirus – Macky Sall décrète l’Etat d’urgence

L’état d’urgence assorti d’un couvre-feu sur l’étendue du territoire national, de 20 heures à 6 heures a été décrété lundi par le président de la République dans une adresse à la Nation annoncée plus tôt dans la matinée.

CORONAVIRUS –« Ce soir, mes chers compatriotes, et je vous le dis avec solennité, l’heure est grave. La vitesse de progression de la maladie nous impose de relever le niveau de la riposte. A défaut, nous courons un sérieux risque de calamité publique. En conséquence, en vertu de l’article 69 de la Constitution et de la loi 69-29 du 29 avril 1969, à compter de ce soir à minuit, je déclare l’état d’urgence sur l’étendue du territoire national », a dit le Président Sall.

« La situation liée à l’évolution dans notre pays de la maladie à coronavirus (COVID-19), m’amène à nouveau à m’adresser à vous. Cette maladie, apparue en décembre 2019, est devenue une pandémie ; c’est-à-dire une épidémie à l’échelle mondiale. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. A la date d’aujourd’hui, le COVID-19 a envahi plus de 140 pays, dont le Sénégal. Le nombre de personnes infectées s’élève à plus de 340 000. A ce jour, le COVID-19 a tué plus de 15 000 personnes, plongeant des familles entières dans le deuil et le désarroi. », a entamé le Président Sall, relevant que « ce moment est inédit dans l’histoire de l’humanité » .

« Voilà que l’infiniment petit fait trembler le monde entier, de façon brutale, rapide et massive ; ignorant les frontières ; frappant sans distinction pays riches comme pays pauvres, et sans égard pour le statut social des uns et des autres ». Dans un tel contexte  où « Gouvernants et gouvernés, riches ou pauvres, personne n’est à l’abri du COVID-19 », le Sénégal ne peut prendre le luxe de ne pas anticiper ce d’autant que « depuis trois mois, une véritable guerre mondiale s’est déclenchée contre cet ennemi commun. Notre pays n’est pas en reste ».

Le président de faire savoir que « depuis l’apparition du premier cas, le 2 mars dernier, le Gouvernement a mis en place un plan de contingentement en cours pour endiguer la progression de la maladie. »

« Mais, de toute évidence, nous n’y sommes pas encore parvenus. Au contraire, d’un premier cas déclaré le 2 mars, nous en sommes aujourd’hui à 71 malades sous traitement dans les 4 arrondissements de Dakar, ainsi qu’à Mbao, Yeumbeul, Guédiawaye, Rufisque, Touba, Mbour, Thiès, Popenguine, Saint-Louis et Ziguinchor. 1561 personnes en contact avec la maladie sont présentement suivies et seront désormais confinées dans des réceptifs hôteliers par le Ministère de la Santé et de l’Action sociale. »

« L’épidémie qui était confinée à un seul foyer s’est étendue à d’autres localités du pays. C’est dire que le virus gagne du terrain. J’ajoute qu’à ce jour, il n’y a ni vaccin, ni médicament homologué contre le COVID-19. »

« Le gouvernement, les autorités administratives et l’ensemble des services de l’Etat concernés prendront toutes les dispositions nécessaires à l’application sans délai du décret sur l’état d’urgence. »

En conséquence de quoi il a ordonné « aux forces de défense et de sécurité de se tenir prêtes en vue de l’exécution immédiate et stricte des mesures édictées sur l’étendue du territoire national. »

Et « Conformément à la loi sur l’état d’urgence, ces mesures donneront en particulier aux autorités administratives compétentes le pouvoir :

  • de réglementer ou d’interdire la circulation des personnes, des véhicules ou des biens dans certains lieux et à certaines heures ;
  • d’interdire, à titre général ou particulier, tous cortèges, défilés, rassemblements et manifestations sur la voie publique ;
  • d’ordonner, la fermeture provisoire des lieux publics et lieux de réunions ;
  • d’interdire, à titre général ou particulier, les réunions publiques ou privées de quelque nature qu’elles soient, susceptibles de provoquer ou d’entretenir le désordre.

Ces mesures, non exhaustives, pourraient évoluer en fonction des circonstances.

Elles sont assorties d’un couvre-feu sur l’étendue du territoire national, de 20 heures à 6 heures.

Une limitation, et au besoin une interdiction, sera imposée au transport de voyageurs de région à région.

Le Ministre en charge des Transports, en rapport avec les Ministres de l’Intérieur et des Forces Armées, prendra les dispositions nécessaires à l’application de cette mesure, y compris en milieu urbain.

Maderpost

 

Articles connexes

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article

Les derniers articles

Didier Raoult : «Il faut que l’exécutif se garde de faire de la médecine à notre place»

Didier Raoult a exposé au Figaro sa vision sur la politique en matière de traitement du coronavirus, a affirmé l’efficacité de la chloroquine et...

Coronavirus – L’Afrique face à la pandémie lundi 6 avril

L’Afrique comptait lundi 6 avril 9 457 cas confirmés de coronavirus. Le Covid-19 a déjà coûté la vie à 442 personnes sur le continent,...

Un trophée créé en l’honneur de Pape Diouf

Un peu moins d’une semaine après le décès brutal de Pape Diouf, les organisateurs de la Nuit du Football Africain ont décidé de créer...

Cornavirus – Hissène Habré placé en résidence surveillée chez lui pour 60 jours

L’ancien président Tchadien, Hissène Habré, a quitté la prison du Cap Manuel ce lundi 6 avril 2020, un peu après 19 heures pour être...

L’Europe en manque de masques, le bilan de morts à la hausse en Italie

Angela Merkel a plaidé lundi pour davantage de "souveraineté" européenne pour la production de masques sanitaires contre le coronavirus, un équipement jugé crucial en...

Newsletter

Subscribe to stay updated.