- Advertisement -

Un centre de soins sur 4 dans le monde n’a pas d’eau, un danger face à la COVID-19

Un établissement de santé sur quatre dans le monde est dépourvu de services d’approvisionnement en eau, exposant le personnel de santé et les patients à un risque plus élevé d’infection à la COVID-19, a alerté l’OMS lundi. 

SANTE -Environ 1,8 milliard de personnes se rendent ou travaillent dans des établissements de santé ne disposant pas de services d’approvisionnement en eau de base, avertissent l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) dans un rapport conjoint basé sur des données de 165 pays.

«Travailler dans un établissement de santé sans eau, assainissement et hygiène, c’est un peu comme envoyer des infirmières et des médecins travailler sans équipement de protection individuelle», déclare le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, en rappelant que «l’approvisionnement en eau, l’assainissement et l’hygiène dans les établissements de santé sont fondamentaux pour stopper la COVID-19».

Selon l’OMS, la proportion de professionnels de santé infectés par la COVID-19 est beaucoup plus élevée que dans le reste de la population: ils représentent moins de 3% de la population, mais comptabilisent 14% des cas signalés dans le monde.

«Envoyer des professionnels de santé et des personnes qui ont besoin de traitements dans des établissements dépourvus d’eau propre, de toilettes sûres, voire de savon, met leur vie en danger», assure aussi la directrice générale de l’Unicef, Henrietta H. Fore.

Selon le rapport, un établissement de santé sur quatre dans le monde ne dispose pas de services d’approvisionnement en eau, un sur trois ne permet pas de garantir l’hygiène des mains là où les soins sont prodigués, un sur dix n’a pas accès à des services d’assainissement, et un sur trois ne trie pas ses déchets en toute sécurité.

C’est dans les 47 pays les moins avancés (PMA) de la planète que la situation est la plus catastrophique: un établissement de santé sur deux ne dispose pas de service d’approvisionnement en eau potable de base, un sur quatre n’est pas équipé d’installations pour le lavage des mains là où sont prodigués les soins et trois sur cinq n’ont pas accès à des services d’assainissement de base.

D’après l’OMS et l’Unicef, le coût pour mettre en place des services d’approvisionnement en eau dans les établissements de santé des 47 PMA s’élèverait à 1$ par habitant. En moyenne, l’exploitation et l’entretien de ces services nécessiteraient 0,20$ par habitant chaque année.

Maderpost/ Le Journal Quebec

ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez connecter

21,986FansJ'aime
2,832SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -

Derniers Articles