Google confie son premier centre d’Afrique au Sénégalais Moustapha Cissé

GOOGLE – Dans les prochains mois, Google ouvrira son premier centre de recherche en intelligence artificielle en Afrique à Accra, au Ghana. Si le géant américain d’Internet est actuellement à la recherche de chercheurs en «machine learning», il a déjà désigné le meneur des travaux de ce nouveau centre : le Sénégalais Moustapha Cissé.

Moustapha Cissé est désormais responsable du Google AI Research Center Accra, le tout premier centre de recherche en intelligence artificielle qui ouvrira ses portes dans les prochains mois dans la capitale ghanéenne, Accra.

Né au Sénégal, c’est après des études en mathématiques et physique à l’université Gaston Berger de Saint-Louis, que le jeune étudiant d’alors rejoint la France. Dans l’Hexagone, il décroche un master en intelligence à l’Université Pierre et Marie Curie, puis, en 2014, un doctorat en Computer Science de la même université.

En 2016, il est repéré par Facebook qui lui propose de devenir chercheur scientifique au sein de l’équipe parisienne de Facebook Artificial Intelligence Research (FAIR), son centre de recherche dédié à l’intelligence artificielle. L’aventure aura donc duré deux ans et deux mois, avant que Google ne le débauche.

Il promet la crème des chercheurs à Accra

A la tête du Google AI Research Center Accra, Moustapha Cissé sera accompagné par le célèbre scientifique et ingénieur informaticien américain Jeff Dean, associé principal chez Google AI et qui se dit attaché à l’Afrique pour avoir passé une partie de son enfance en Ouganda et en Somalie.

A Accra, les deux collaborateurs promettent de réunir «les meilleurs chercheurs et ingénieurs en « machine learning »». Ils ont déjà lancé un appel à candidatures ouvert aux chercheurs scientifiques et aux chercheurs ingénieurs en logiciel.

«Nous sommes ravis de conjuguer notre intérêt pour la recherche sur l’IA et l’apprentissage automatique, avec notre expérience personnelle en Afrique. Nous voulons ainsi repousser les limites de l’IA et contribuer à relever des défis dans des domaines tels que la santé, l’agriculture et l’éducation […] Nous nous engageons à travailler en collaboration avec les universités et les centres de recherche locaux, ainsi qu’avec les décideurs, sur les applications possibles de l’IA en Afrique», déclarent-ils dans un communiqué conjoint.

Outre le siège de Google AI à San Francisco, Accra devient ainsi la onzième ville au monde à accueillir un centre de recherche en intelligence artificielle de Google, après Paris, Zurich, Tokyo, Beijing, Montréal, Toronto, Seattle, Boston, Tel-Aviv et New York.

Source : lejecos

Articles connexes

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article

Les derniers articles

  Coronavirus – Le décompte à 5morts ces dernières 24 heures

La liste des morts liées au covid-19 s'est enrichie de 5 unités ces dernières 24H a indiqué jeudi le ministère de la Santé et...

Pénuries d’eau, accaparement des terres et d’autres sujets à la une

 Les quotidiens reçus jeudi à l’APS sont préoccupés par les sujets sociaux, dont les pénuries d’eau à Dakar, la gestion du corps médical et...

 Aar linu bokk / Noo lank demandent la renégociation du contrat Akilee-Senelec 

  Apres investigations, Ñoo Lank et Aar Liñu Bokk ont constaté que la Senelec est le seul perdant dans ce contrat et elles l’Etat...

60 % des dakarois pas d’accord sur la levée des restrictions,37% d’accord avec le président

Le Bureau de Prospective Economique (BPE) du Sénégal dans une enquête d’opinion pour évaluer le niveau de sensibilisation et les comportements des populations face...

«Nous appliquerons la réciprocité avec l’Ue, il n’est pas acceptable de stigmatiser les pays africains»

Le Sénégal ne fait pas partie des pays à qui l’union européenne va ouvrir ses frontières. Du moins, pour l’instant. Ce que le ministre...

Newsletter

Subscribe to stay updated.