Vaya con Dios

Le football s’effondre. La Céleste s’assombrit. Le piquet de corner est en berne. Le ballon roi est endeuillé, orphelin de son Didacus. De son Jacob supplantant le pré vert sans labeur. Tant son touché une caresse, sa vista une promenade et sa gestuelle une constellation, ont éclaboussé le talent de la prunelle.

HOMMAGE – Le hard man qui nous a fait prendre peur pour Armando, tant ses rétro passes post carrière étaient nourries de coke, d’eau de feu et sédatifs, ne pouvait que nous prendre à revers. A coups de feintes et contrepieds, pour nous sortir un ultime dribble et nous confirmer, que 2020 est à jamais le match du siècle.

CHRONIK CHARLE 27-11 M

Diego Armando Maradona est mort. Entre les mains de Dieu désormais ! Le Céleste, qui le reconnaîtra, comme celui qui a donné de lui, pour que vibrent de bonheur fidèles de la religion football.

Mais aussi, parce que le gamin d’Argentinos Juniors intégré à 10 jours de son seizième anniversaire, a transformé sa vie et celles des siens en amortissant de sa patte gauche la pauvreté.

Parce qu’à 16 ans, le plus jeune joueur de l’histoire du championnat argentin a couru droit vers sa madré, pour lui annoncer qu’il labourerait désormais la pelouse pour des milliers de pesos.

Fini la misère Mama. Sèche tes larmes. Place au respect social. Et bienvenue la gloire, Maradona va t’en donner plein la vue, même s’il ne sort pas vainqueur de son premier match contre Talleres de Cordoba.

Mais Juan Carlos Montes, entraîneur et père spirituel de gagné, sait qu’il tient un prodige. Un diamant brut, qu’il lui faut débruter, tailler, afin qu’il scintille sur le terrain et n’éclate point en mille pièces pour ne pas ternir en dehors de la pelouse où l’attendent ses démons.

Mais bon, quand on s’appelle Maradona, on ne peut que flirter avec l’improbable. Car chez Armando rien n’est prévisible.

Avec Diego, tout s’invente, tout s’imbrique, tout s’harmonise, tout se concrétise. Les yeux de la planète foot en ont ri de bonheur, s’ils n’en ont pleuré d’amertume ou de joie. Ou de sentiments contradictoires, toujours entretenus, mais jamais balbutiés, en dépit de toutes repentances. La conclusion certaine est unique. Unilatérale.

Pibe de Oro est au foot ce que son illustre aîné Pelé est, l’Alpha et l’Oméga du cuir. Le dépositaire du jeu. Le maître du terrain et du temps.

Le football n’était plus le même sans lui, il ne sera plus jamais sans son ADN, sans son souvenir. Celui de l’ombre et de la lumière, de la grâce et de la malice, du génie et de la déroute. De Maradona et en majuscule.

Gracias Diego pour tout ce que tu as donné au foot. Tu nous as régalés, vete en paz ahora et que Dieu te pardonne tes fautes. Vaya Con Dios.

Jummah Mubarak et bon week-end à tous !

Charles FAYE

Articles connexes

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article

Les derniers articles

Ronaldo refuse un pont d’or des Saoudiens – La monarchie peine à redorer son blason

Cristiano Ronaldo aurait refusé un contrat colossal de l’Arabie saoudite qui voulait en faire une effigie pour son secteur touristique. Un rejet qui ne...

Marine Le Pen en tête des sondages – L’éternelle illusion d’une victoire face à Macron ?

Un nouveau sondage donne la présidente du RN en tête au premier tour de la prochaine élection présidentielle avec 27% des suffrages. Un score...

Face à la Chine, les «Indiens se méfient» d’un affrontement général

Un nouvel accrochage entre des troupes chinoises et indiennes a eu lieu à leur frontière commune dans la région du Sikkim. Spécialiste de l’Asie...

Algérie – 22 milliards de dollars de recettes pétrolières en 2020

Les recettes pétrolières de l’Algérie ont atteint 22 milliards de dollars en 2020, dont 2 milliards de dollars générés par les produits pétroliers, a...

Le pétrole a commencé la semaine du bon pied

Les prix du pétrole étaient en hausse lundi, soutenus tant par les perspectives d'une demande amenée à repartir aux Etats-Unis que par la promesse...

Newsletter

Subscribe to stay updated.