Traitement par la chloroquine : «D’ici six mois, nous obtiendrons une réponse plus ou moins fiable»

59% des Français sondés croient à l’efficacité de la chloroquine, l’un des candidats les plus connus pour le traitement des patients atteints de Covid-19. « À ce stade, son efficacité ne peut être considérée comme prouvée et l’automédication est strictement contre-indiquée », nuance pour Sputnik Ilya Serebriiski, un chercheur américain.

CORONAVIRUS – Selon une étude de l’IFOP pour Labtoo, une majorité des Français sondés pensent que la chloroquine est «efficace» contre le SARS-CoV-2. Pourquoi a-t-on proposé d’utiliser ce dérivé d’un antipaludique connu depuis soixante-dix ans pour traiter une maladie causée par un nouveau coronavirus, alors même que l’on attend toujours les résultats des essais cliniques? «La création et les essais cliniques de nouveaux médicaments prennent généralement de nombreuses années et peuvent coûter des milliards de dollars; cependant, rien ne garantit que le médicament pourra passer par toutes les étapes du test», explique à Sputnik Ilya Serebriiski, maître de recherches associé au Fox Chase Cancer Center de Philadelphie, aux États-Unis.

« De plus en plus de scientifiques et de médecins tentent d’ajouter une nouvelle utilisation à un médicament existant. Ce processus est appelé reprofilage de médicaments. L’utilisation de la chloroquine et de ses dérivés pour le traitement du Covid-19 est une tentative d’économiser de l’argent et, en premier lieu, du temps », explique le Dr Serebriiski.

« La chloroquine serait un candidat idéal s’il était possible de démontrer son efficacité », assure le scientifique, puisque le produit est utilisé en traitement depuis de nombreuses années et que ses propriétés ont été bien étudiées.

Le scientifique américain considère qu’avec une bonne utilisation – »j’insiste, avec une bonne utilisation »– le médicament est sûr, ses effets secondaires sont relativement faibles et faciles à gérer. De plus, ce médicament reste très bon marché.

« J’insiste, avec une bonne utilisation», la chloroquine est sûre »

Rappelons le mécanisme de l’action de la chloroquine. Ce médicament « ne tue pas » le virus, il n’affecte même pas le virus en soi. Mais les virus ne se reproduisent que dans les cellules vivantes et la chloroquine agit sur les cellules des mammifères de telle manière qu’elle interfère avec la reproduction de nombreux virus différents.

Ces propriétés du médicament sont « connues depuis la fin des années 1960, ces données sont fiables et confirmées par les études de divers groupes de scientifiques dans de nombreux pays ». Entre autres, on les retrouve dans un récent article du scientifique français Didier Raoult. Alors, quel est donc le problème? Ne reste-t-il pas qu’à foncer et à préconiser l’utilisation massive de la chloroquine?

« Le problème est que ce médicament agit non seulement sur les cellules individuellement, mais sur le corps dans son ensemble. Au niveau des cellules, in vitro, le médicament fonctionne parfaitement. Mais nous avons besoin de guérir tout le corps, non des cellules individuelles. Et là, il n’y a tout simplement pas de résultat », tempère Ilya Serebriiski.

Le scientifique fait part d’études « menées à de nombreuses reprises sur une grande variété d’animaux de laboratoire avec une grande variété de virus »: le résultat a toujours été négatif ou inintelligible. Le médicament a été testé chez l’homme, également sans grand succès, comme le montre un bref aperçu de ces tentatives publié par un groupe de scientifiques français.

Guerre de la chloroquine: pétitions contre études scientifiques

Néanmoins, la pression de l’opinion publique pousse des médias à multiplier les publications qui citent les guérisons plus rapides suite à l’utilisation de la chloroquine. Chiffres et graphiques à l’appui, des personnalités médiatiques prennent la parole et lancent les pétitions.

Tout le monde désormais a sa propre opinion sur la question, mais le Dr Serebriiski appelle à la prudence face à cet emballement, puisque « certaines de ces publications ne sont pas en réalité des articles scientifiques »: il s’agit de « prépublications, c’est-à-dire le texte d’un article publié avant qu’il ne soit analysé par des critiques scientifiques. »

« Pour que ces articles soient convaincants, ils doivent citer la méthodologie d’obtention et le traitement statistique des données, ils doivent permettre l’accès à ces données. Le désir de trouver un remède au plus vite est parfaitement compréhensible. Mais nous devons éviter de prendre nos désirs pour la réalité, il faut du temps pour examiner scrupuleusement ces résultats », assure le scientifique américain.

Pour le Pr Serebriiski, « les résultats publiés dans des revues scientifiques ont été réalisés sur un nombre relativement restreint de patients, ou avec certains défauts méthodologiques, presque inévitables par manque de temps », donc il faudrait attendre des résultats sur un grand échantillonnage et en conformité avec toutes les recommandations nécessaires. « De plus, la méthode scientifique exige que les données puissent être reproduites. Autrement dit, dans des conditions similaires, les expériences selon le même schéma devraient donner des résultats similaires », prévient le scientifique.

« Nous avons des expériences qui ont été faites en utilisant des techniques différentes, il est difficile de les comparer les unes aux autres. Cela ne signifie nullement que les résultats de ces travaux sont incorrects, cela signifie seulement qu’ils doivent être reproduits plus d’une fois avant qu’on soit sûr de leur efficacité », tempère Ilya Serebriiski.

Face aux « défauts méthodologiques » des essais actuels, la prudence s’impose

« Periculum in mora » (le danger est dans l’attente), disaient les Anciens. A-t-on le temps de « mener des expériences » respectant tous les protocoles dans un contexte d’urgence sanitaire, d’autant plus que la chloroquine est considérée comme sûre et que, face à la croissance du nombre de cas de contamination, notamment aux États-Unis, le département américain de la Santé a autorisé son utilisation ?

‘Le problème est qu’il s’agit d’un ‘certain’ effet observé. On dit que l’effet existe, ‘paraît-il’, c’est-à-dire qu’il est relativement faible. On voit clairement qu’il ne s’agit pas d’un ‘remède miracle’. Mais alors c’est là qu’interviennent les effets secondaires, c’est pourquoi il est important d’éviter l’automédication’, prévient le Dr Serebriiski.

Pour le chercheur américain, l’urgence de sauver les vies doit aller de pair avec la rigueur scientifique, avec certaines précautions: « même si le médicament ne fonctionnait que pour 5% des patients, il serait déjà judicieux de l’utiliser. Mais multipliez ces 5% par un million de personnes infectées. Bien que les effets secondaires soient, en principe, petits, avec un million de personnes qui ont pris le médicament, des problèmes se poseront inévitablement ».

« C’est pourquoi il est si important de déterminer précisément la méthode d’utilisation [de chloroquine, ndlr] avant que le médicament ne soit utilisé en masse », conclut le scientifique.

Le 30 mars dernier, la Food and Drug Administration (FDA, l’Administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments) qui a le mandat d’autoriser la commercialisation de médicaments sur le territoire des États-Unis, a autorisé l’utilisation de la chloroquine dans le traitement des malades atteints de coronavirus.

« Quant à l’autorisation de la FDA, la décision a été prise par des personnes vivantes soumises à des pressions, notamment politiques. Les règles de cette organisation exigent que l’autorisation soit obtenue avec des preuves factuelles scientifiques. Mais aucune référence à ces données n’a été fournie. Les médecins américains peuvent utiliser la chloroquine, mais la responsabilité des résultats leur revient », souligne Ilya Serebriiski.

Selon l’information précisée par le chercheur, on peut administrer la chloroquine « dans une situation désespérée, lorsqu’il n’y a pas d’autre option de traitement ». De son côté, l’Agence européenne des médicaments (EMA) n’a pas autorisé l’utilisation de la chloroquine pour le traitement des patients atteints de coronavirus, sauf dans le cadre d’un essai clinique.

Le Dr Serebriiski rappelle qu’un grand nombre de nouveaux essais cliniques sont déjà organisés. Il existe aux États-Unis une organisation qui surveille tous les essais cliniques, laquelle recense à ce jour 53 tests enregistrés dans différents pays du monde. Les nouveaux essais sont mis en place si rapidement (en deux jours, leur nombre est passé de 44 à 53) que les coordinateurs n’ont pas le temps de saisir toutes les adresses.

« Je pense que d’ici six mois, nous obtiendrons une réponse plus ou moins fiable », assure le chercheur.

Le problème demeure donc: les patients ne peuvent attendre aussi longtemps.

Articles connexes

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article

Les derniers articles

Gouvernance – Les Etats-Unis rejettent l’innocence établie du président de la BAD

Steve Mnuchin (photo), le secrétaire d’Etat américain au Trésor (l’équivalent du ministre des Finances), a rejeté les conclusions de l’enquête d’un comité qui a...

MFDC – Kompasse Diatta n’est plus le chef d’état-major du cantonnement de Sikoune

La section de Balantacounda du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance a connu un remaniement au niveau de son état-major. MFDC - Selon...

Coronavirus – Les cas graves en progression

Les cas graves de Covid-19 sont en progression a constaté mardi Maderpost à la suite de la communication du ministre de la Santé et...

Coronavirus et « faux décret » à la Une

Les quotidiens reçus mardi à l’APS mettent en exergue la situation de la pandémie de Covid-19 au Sénégal, la célébration de la fête de...

Une femme de 58 décède des suites de la Covid-19 lundi

Une femme âgée de 58 ans est décédée ce lundi à l'hôpital Principal des suites d'une infection à la Covid-19, rapporte le ministère de...

Newsletter

Subscribe to stay updated.