Terrorisme au Sahel – Quand l’ONU, devient un problème

Les chefs d’Etat sénégalais et mauritanien ont convenu lundi à Dakar à l’occasion de la sixième édition du Forum sur la paix et la sécurité en Afrique et particulièrement au Sahal que la force d’intervention, la MINUSMA, campée par l’ONU posait un problème dans son approche opérationnelle et pour ne pas tourner autour du pot, le Président Macky Sall a invité l’organisation mondiale à se réformer et se mettre en phase avec la réalité du terrain.

« D’un effectif de 6.491 éléments à ses débuts, la MINUSMA en compte aujourd’hui 14.400, plus du double. Paradoxalement, l’agression terroriste contre le Mali s’est intensifiée. Et pire, le terrorisme étend son spectre ravageur à d’autres pays, charriant au quotidien des morts, des blessés, des réfugiés et personnes déplacées», a constaté amèrement le président Macky Sall à l’ouverture le 18 novembre du Forum de Dakar sur la paix et la sécurité.

TERRORISME – Créée le 17 janvier 2013, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies au Mali (MINUSMA), a reçu comme mission du Conseil de sécurité « l’appui aux efforts de stabilisation du pays, la protection des civils et le rétablissement de l’autorité de l’État sur l’ensemble du territoire national. »

Mais, de l’aveu même du chef de l’État sénégalais, avec l’augmentation du nombre de troupes déployées sur le terrain, les attaques sont devenues « plus fréquentes, plus meurtrières et plus audacieuses ».

Au même moment qu’il ouvrait ce Forum de deux jours, en compagnie de son homologue mauritanien, le Président Mohamed Ould Ghazouani, invité d’honneur de cette sixième édition consacrée cette année aux défis sécuritaires du multilatéralisme dans le Sahel, s’est d’ailleurs produite une attaque par de présumés terroristes à Tabankort, sur la frontière entre le Mali et le Niger. Selon l’armée malienne, 30 militaires et 17 terroristes ont été tués et du matériel détruit chez l’ennemi.

Conscients des ravages que les attaques récurrentes des groupes djihadistes installés au Mali provoquent dans la sous-région, les Présidents sénégalais et mauritaniens ont réclamé un mandat renforcé pour les forces militaires et de sécurité combattant les djihadistes au Sahel, notamment les troupes de la MINUSMA déployées au Mali.

« Pourquoi, alors que pas moins de 30.000 hommes au total [en comptant les forces armées maliennes et celles de la sous-région, ndlr] sont pris en otage par une bande d’individus, ne sommes-nous pas capables de régler ce problème? » s’est notamment interrogé le chef de l’État sénégalais.

L’une des réponses, selon Macky Sall, serait que l’Onu « accepte de se réformer et de réformer ses procédures ». Et pour y parvenir, il faut « un mandat plus robuste au Mali », a-t-il martelé devant un parterre d’officiels étrangers et d’experts de la sécurité réunis au Centre international de conférence Abdou Diouf (CICAD) de Diamniadio.

De son côté, Mohamed Ould Ghazouani a estimé que la politique de maintien de la paix de l’Onu « n’est pas en adéquation avec les enjeux sécuritaires au Sahel », dénonçant les promesses de financement non tenues par les Occidentaux que ses homologues malien, nigérien et tchadien avaient vivement critiqué, une semaine auparavant, lors du Forum de Paris sur la paix (11-13 novembre).

« Des forces régionales mobiles, plus légères, et connaissant mieux le terrain doivent être davantage privilégiées, plutôt qu’une force lourde et statique », a insisté le Président mauritanien, évoquant la force conjointe du G5 Sahel à laquelle participe son pays aux côtés du Burkina Faso, du Mali, du Niger et du Tchad.

Tandis que, fort de l’expérience du Sénégal comme membre non permanent du Conseil de sécurité (2016-2017), le Président Macky Sall a, pour sa part, appelé la Chine et la Russie à ne pas s’opposer à une révision du mandat de la MINUSMA au sein de laquelle sont déployées des troupes sénégalaises.

Source : Sputnik

Articles connexes

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article

Les derniers articles

Promesses de vie épanouie

Que valent des politiques qui ne tiennent pas compte des réalités ? Depuis l’aube des indépendances, le pouvoir politique a toujours identifié les foyers religieux...

Bénin – Le Président Talon fait détruire l’hôtel de Yérim Sow

L’expropriation récente du Noom Hotel de Cotonou du groupe Groupe Teyliom International de l’entrepreneur Yerim Sow a tout l’air d’une grosse affaire aux antipodes...

Coronavirus – Tendance baissière

Le nombre de patients déclarés guéris continue d’aller crescendo. Alors qu’il avait atteint la barre des 4000 après la fête de la Tabaski, aujourd’hui...

Un gang de cybercriminalité nigérian tombe à Petit Mbao

La gendarmerie a interpellé 17 personnes de nationalité nigériane pour association de malfaiteurs, cybercriminalité et extorsion de fonds. CYBERCRIMINALITE - Les mis en cause,...

Inondations – Plus de 7300 sinistrés recensés à Dakar

La saison des pluies a enregistré des précipitations record cette année. Plusieurs quartiers de Dakar et de l’intérieur du pays sont engloutis par les...

Newsletter

Subscribe to stay updated.