Kristalina Georgieva (FMI) – « Les pays émergents ont besoin de 2 500 milliards de dollars »

La directrice générale du FMI craint que la chute des exportations et des prix des matières premières n’entraîne une vague de faillites d’entreprises et de licenciements de salariés dans les pays émergents.

CORONAVIRUS – Lors d’une conférence de presse en ligne, le 27 mars, Kristalina Georgieva, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), a indiqué que le monde sera en récession en 2020, mais n’a pas écarté l’idée d’une reprise en 2021.

« Il peut y avoir un rebond important, mais seulement si nous réussissons à contenir partout le [coronavirus] et à prévenir les problèmes de liquidités nés de difficultés de solvabilité », a-t-elle précisé.

« Notre inquiétude principale porte sur les dégâts très durables de l’arrêt brutal de l’économie mondiale qui risque de provoquer une vague de faillites et de licenciements. Non seulement cela peut saper la reprise, mais aussi affecter le fondement de nos sociétés », a-t-elle poursuivi.

La patronne du FMI, ancienne n°2 de la Banque mondiale, a souligné les efforts entrepris dans beaucoup de pays pour « surmonter la crise sanitaire et pour amortir l’impact économique d’un point de vue budgétaire et monétaire ». Les mesures budgétaires prises par les pays du G20 représentent, par exemple, un total de 5 000 milliards de dollars, « soit 6 % du produit mondial brut », a-t-elle noté.

Le FMI sollicité par 81 États

Pour autant, Kristalina Georgieva n’en a pas moins exprimé sa grande inquiétude, car, « 81 pays ont sollicité une aide [du FMI] et ce n’est pas fini ». Cinquante de ces demandes proviennent des pays « pays à faible revenu » et 31 de pays en développement dits « à revenu intermédiaire ». Le premier Etat demandeur, le Kirghizistan, vient d’être satisfait.

Parmi les risques les plus sévères guettant ces pays figurent, selon la patronne du FMI, la fuite des capitaux (83 milliards de dollars), l’extinction du tourisme, la forte baisse des exportations et des prix des matières premières. Les besoins de financements des économies émergentes sont donc colossales.

Maderpost / Jeune Afrique / Alain FAUJAS 

Articles connexes

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article

Les derniers articles

En Allemagne, des étoiles jaunes portées contre le confinement font scandale

Pour appuyer leur message, certains manifestants contre les mesures de confinement en Allemagne ont arboré des étoiles jaunes, à l’instar du Judenstern, le marquage...

Aly Bandel

Malgré le contexte actuel, une foule immense composée de parents, d'amis, de collègues, de connaissances, de contacts dans les réseaux sociaux, ont tous tenu...

Une nouvelle vidéo montre ce qui se passe juste avant la mort de George Floyd

Une caméra de surveillance a permis de voir les minutes précédant la mort de l’Afro-américain George Floyd: celui-ci se trouve assis à l’arrière d’une...

Afrique soutient ta descendance noire américaine !

En 1964, lors du sommet de l’OUA au Caire, Malcolm X tentait de sensibiliser ses "frères et soeurs africains" aux discriminations vécues par les...

Trump propose un G7 élargi sans la Chine

Le président américain Donald Trump a annoncé qu’il allait reporter à une date non précisée le sommet du G7 prévu en juin 2020 aux...

Newsletter

Subscribe to stay updated.