Guinée – Une victoire à la soviétique au goût amer pour Alpha Condé

En Guinée, le double scrutin référendaire et législatif organisé le 22 mars 2020 dans l’angle mort médiatique qu’offrait ce pays d’Afrique de l’Ouest par rapport à la pandémie mondiale du coronavirus s’est soldé par une victoire à la soviétique.

ELECTION – La commission électorale nationale indépendante (CENI) a indiqué dans son verdict du 27 mars que le oui l’a emporté à 92% pour un taux de participation de 61%. Dans un contexte, il faut le rappeler, de boycott de l’opposition et d’affrontements ayant fait 10 morts et une situation de quasi-guerre civile à N’Zérékoré (sud) où des affrontements intercommunautaires ont eu lieu pour un bilan lourd non encore communiqué.

De l’avis des observateurs, ce double scrutin, qui ouvre techniquement la route du troisième mandat au président guinéen, Alpha Condé, 82 ans et toutes ses ambitions, consacre surtout l’isolement de Conakry sur la scène régionale (CEDEAO), africaine (Union Africaine) et francohpone (OIF). Les trois instances n’ont envoyé aucun observateur à un double scrutin joué d’avance.

Les capitales occidentales (Washington et Paris jointes par Londres et Berlin) ont parlé d’une même voix. Paris déplore « le caractère non inclusif de ces élections et non consensuel du fichier électoral, ainsi que le rôle joué par des éléments des forces de sécurité et de défense excédant la simple sécurisation du processus, n’ayant pas permis la tenue d’élections crédibles et dont le résultat puisse être consensuel ».

Washington appelle pour sa part à « enquêter de manière rapide et transparente sur tous les décès liés aux manifestations et aux élections et que les résultats de ces investigations soient rendus publics ». Quant au représentant de l’ONU en Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn Chambas, il a fait part de sa « grande préoccupation ».

Notons que l’ambassadeur français en Guinée, SEM Jean Marc Grosgurin, a été convoqué le 25 mars dernier et s’est vu reproché l’ingérence française et un son « parti pris » pour l’opposition.

Elu en 2010 et réélu en 2015, Alpha Condé, membre de l’internationale socialiste, se pose en panafricaniste, ce que lui dénie nombre d’observateurs. L’actuelle Constitution limite à deux le nombre de mandats, la nouvelle proposée par Alpha Condé également, tout en en portant la durée à six ans.

Reste à savoir si le président guinéen, isolé de ses pairs et en froid avec les partenaires techniques et financiers du pays, a les moyens de faire prospérer une situation qualifiée dans nombre de chancelleries de coup d’état constitutionnel.

Maderpost / FinancialAfrik

Articles connexes

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article

Les derniers articles

En Allemagne, des étoiles jaunes portées contre le confinement font scandale

Pour appuyer leur message, certains manifestants contre les mesures de confinement en Allemagne ont arboré des étoiles jaunes, à l’instar du Judenstern, le marquage...

Aly Bandel

Malgré le contexte actuel, une foule immense composée de parents, d'amis, de collègues, de connaissances, de contacts dans les réseaux sociaux, ont tous tenu...

Une nouvelle vidéo montre ce qui se passe juste avant la mort de George Floyd

Une caméra de surveillance a permis de voir les minutes précédant la mort de l’Afro-américain George Floyd: celui-ci se trouve assis à l’arrière d’une...

Afrique soutient ta descendance noire américaine !

En 1964, lors du sommet de l’OUA au Caire, Malcolm X tentait de sensibiliser ses "frères et soeurs africains" aux discriminations vécues par les...

Trump propose un G7 élargi sans la Chine

Le président américain Donald Trump a annoncé qu’il allait reporter à une date non précisée le sommet du G7 prévu en juin 2020 aux...

Newsletter

Subscribe to stay updated.