- Advertisement -

Grande muraille verte, un cadre de concertation en gestation

Le gouvernement travaille à la mise en œuvre de cadres de concertation en vue d’une approche globale des programmes de l’Agence de la reforestation et de la grande muraille verte (ASERGMV), a indiqué, mardi, le ministre de l’Environnement et du Développement durable.

GRANDE MURAILLE VERTE – Abdou Karim Sall co-présidait, avec le ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des territoires, Oumar Guèye, un atelier de réflexion sur la mise en œuvre des cadres de concertation de la grande muraille verte.

Il a annoncé une matrice d’actions prioritaires triennale de l’Agence sénégalaise de la reforestation et de la grande muraille verte, pour la période 2021-2023, sur instruction du chef de l’Etat.

Cette matrice qui est un outil de mise en cohérence et de visibilité de l’action de ladite Agence a été conçue autour d’une vision et d’objectifs stratégiques, a-t-il fait observer.

Elle vise à « accompagner la mise en œuvre des axes d’actions contenus dans le document de programmation des dépenses du ministère de l’Environnement et du Développement durable articulés au PSE vert et aux objectifs du plan décennal prioritaire de l’Agence continentale ».

« Nous allons vers une nouvelle approche concernant la mise en œuvre et la gestion de ce tracé de la grande muraille, un projet régional traversant trois régions (Louga, Matam et Tambacounda) », a précisé le ministre.

Les maires des 16 communes concernées par le tracé ont permis de faire l’état des lieux des réalisations de cette initiative panafricaine au Sénégal et de formuler un certain nombre de recommandations pour la décennie 2021-2030.

Parmi les objectifs stratégiques identifiés pour les trois prochaines années, le ministre a cité l’amélioration du taux de reforestation, l’accroissement de la résilience des écosystèmes et des communautés aux changements climatiques.

Il s’agit aussi de promouvoir les emplois verts et les moyens d’existence durable et de mobiliser les parties prenantes, assurer la gestion et le suivi-évaluation des programmes, a expliqué Abdou Karim Sall.

En outre, a relève le ministre, « ’il existe un besoin réel d’une stratégie commune de communication, de diffusion de l’information et d’éducation du public dans tous les projets de développement ».

Rappelant la mission de l’Agence de la Reforestation et de la Grande muraille verte, le ministre a indiqué qu’elle « ne se limite pas à une restauration de l’environnement et des écosystèmes ».

Elle comprend aussi « des actions de développement des territoires et d’amélioration des conditions de vie des populations concernées sur le plan social et économique ».

« L’Agence doit contribuer à la création d’éco-villages et de villes vertes. Elle devra participer également à la relance post COVID-19 de l’économie nationale à travers notamment la promotion de chaînes de valeur et de filières vertes en plus de la création d’emplois verts », a dit M. Sall.

D’autre part, a-t-il indiqué, « les collectivités territoriales traversées par la Grande Muraille verte prises individuellement, éprouvent des difficultés face aux contraintes de développement du secteur agro sylvo pastoral, nées de la péjoration climatique ».

« Cette rencontre nous permettra d’avoir une vision commune sur les cadres de concertation aux échelles nationale, régionale et locale, et de planifier les contributions de chaque commune dans la planification des interventions de l’Agence », a avancé le ministre de l’Environnement.

Madeirpost / Aps

ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez connecter

21,765FansJ'aime
2,738SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -

Derniers Articles