- Advertisement -

Fuites de données Facebook – L’UE ouvre une enquête

Le modérateur irlandais sur la protection des données a décidé d’ouvrir une enquête sur Facebook, sous la demande de l’Union Européenne, suite à la fuite des données relatives aux 530 millions d’individus utilisant ce réseau social.

DIGITAL – La Commission pour la Protection des Données (DPC) est, pour l’Irlande, ce qu’est la Commission Nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) pour la France. A ce jour, les recherches de cet organisme militant concernant Facebook se poursuivent.

Le géant des réseaux sociaux, a-t-il honoré ou non ses obligations dans le cadre des contrôles des données de ses utilisateurs ? Dans tous les cas, puisque le siège de l’entreprise se trouve en Irlande, il est légitime que le DPC en soit le régulateur. La structure sera alors en charge de cette enquête Facebook pour le compte de l’UE.

Un affrontement passif entre Facebook et le DPC en vue

L’objectif de cette investigation sera de confirmer ou de démentir l’existence d’une infraction au règlement général sur la protection des données. Du moins, c’est ce que soupçonne la Data Protection Commission, même après avoir échangé quelques mots avec Facebook.

La position de l’entreprise de Zuckerberg, elle, reste claire. « Nous coopérons complètement avec l’enquête de la DPC », affirme son porte-parole devant l’AFP. Pour se justifier, celui-ci n’hésite pas à jeter le blâme sur ces « nombreuses applications » et fonctionnalités qui permettent de trouver plus aisément un utilisateur. Toujours selon lui, le géant projetait d’«expliquer les protections mises en place » face à cette situation malencontreuse.

Facebook s’explique sur la fuite de données

Tout commence au début du mois d’avril où les coordonnées de 530 millions d’utilisateurs Facebook sont subitement affichées dans un annuaire géant sur Internet. D’après l’entreprise, ce problème résulterait d’une défaillance technique en interne, faille qui aurait dû être résolue depuis 2019. En effet, le programme calque la partie du réseau qui permet aux inscrits de trouver des amis, ce qui lui a permis d’établir une liste de contacts.

Pour Facebook, il ne s’agit pas de la première confrontation avec la justice européenne.

Rappelons le cas d’Instagram qui, en 2020, a aussi fait l’objet d’une enquête comme Facebook. Cela concerne l’utilisation non-conforme des données personnelles de mineurs. L’entre-deux a dû réaliser deux procédures distinctes suite aux plaintes qu’il a reçues. Cette dénonciation s’explique par la mise à disposition du public d’adresses et de numéros de téléphones d’utilisateurs de moins de 18 ans.

Maderpost / BigData

ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez connecter

21,914FansJ'aime
2,754SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -

Derniers Articles