Economiquement vôtre !

Le Macky a pris le parti de l’économie sur le politique, semble-t-il. C’est peut-être, la partie visible de l’iceberg. Soit !

Si c’est le cas, tant pis pour les intrigues et tortuosités politiciennes, qui font la joie des faucons et rampants repus de ripailles et trahisons, encore que je ne suis pas dupe. Toute succession se préparant car rien ne s’improvise. Et tant mieux, pour nous autres, qui soutenons que le second mandat du gardien de la Constitution, devrait reposer sur le levier économique, avec comme logiciel un changement de paradigme et comme formatage : le relookage de la destination sénégalaise, pour un élan sans faux-départ.

Inutile de redire alors, que l’émergence est conditionnée par le respect de pré-requis.

Des cerveaux, bien plus circonvolus que le mien, l’ont répété à s’en éclater les méninges. Aucun pays pauvre, n’a atteint l’émergence, sans sacrifice, sans réformes, sans effort combiné, articulé, porté par l’élite et les masses populaires qualifiées ou formées, pour assurer les transitions vers les transformations incontournables du développement.

Il est bien que le Macky le comprenne, et en appelle à la vigilance des communes et de l’administration centrale.

La gestion moderne, patriotique et parcimonieuse de la terre de nos ancêtres, doit être inaliénable.

Parce que comme l’a dit le Macky, lors de la journée nationale de la décentralisation, la question foncière pourrait faire chavirer le gaal dans le suuf.

Il est donc bon de ton, que tout le monde danse le même mbalax national, sans fausse note personnelle et partisane, afin que le projet local rejoigne les recoupes convergentes, d’une politique nationale, reposant sur la mathématique communale et le social collectif.

Mais faudrait-il encore que les fondamentaux de l’émergence, je veux dire les transformations opérées sur le plan politique, institutionnel et économique, soient souhaités, défendus et portés par un Macky éclairé par les termes du leadership affirmé et assumé, résolument conscient de l’impératif de l’amélioration de la gouvernance politique et totalement éloigné des considérations politiciennes, qui pourraient plonger le pays dans l’instabilité, pour ne pas dire l’envers du décor des investissements.

L’émergence a un coût. Le prix on le connaît. C’est la lutte contre la corruption, la justice sociale et équitable, une administration publique performante, moins d’emplois clientélistes, une volonté sans faille, une intelligence politique, sociale, économique, culturelle, etc.

Je ne doute pas un instant de la détermination du Macky d’implémenter l’incubateur développement, dans la colonne vertébrale de la dernière ligne droite de son second mandat.

Accompagnons-le, aidons-le à réussir son pari économique, pour notre plus grand bien. Nous citoyens, qui sommes devenus si interventionnistes dans le champ de la décision politique. Une nouvelle donne participative et délibérative des peuples que semblent méconnaître les candidats du troisième mandat. Mais bon, nous ne sommes pas concernés !

Jummah Mubarrak et bon week-end à tous  

Charles FAYE

 

Articles connexes

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article

Les derniers articles

AIBD – Doudou KA en mode « fast track »

Le nouveau directeur général de l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD), Doudou Kâ, dit considérer sa nouvelle charge comme une "nomination de mission" et souhaite...

Jusqu’où ira-t-il ? Le prix d’Erling Haaland ne cesse de flamber !

Avis aux clubs désireux d'acquérir les services d'Erling Haaland : le prix de l'attaquant norvégien est à la hausse et ne risque pas de...

Milliards en faux-billets: Comment le S. S. Mbacké et ses commerçantes ont été arrêtés!

On en sait un peu plus sur l'affaire de la saisie des faux billets effectuée par la police de Médina au domicile d'un...

Commercialisation arachidière : l’usine de la SONACOS à Ziguinchor dans l’attente de ses premières graines

L’usine de la Société nationale de commercialisation des oléagineux (SONACOS) à Ziguinchor (sud) n’a encore reçu aucune graine d’arachide, huit jours après l’ouverture...

18 cas contre 14 ce lundi, un taux de positivité de 2,65%…

   Le chef de l’Etat l’avait souligné la dernière fois. La courbe des contaminations à la covid-19 évolue en dents de scie ces derniers...

Newsletter

Subscribe to stay updated.