- Advertisement -

Dépassant le Botswana, le Gabon devient le pays le plus riche d’Afrique

Le Gabon vient de dépasser en termes de richesse par habitant le Botswana, deuxième producteur mondial de diamants, après la Russie, pour devenir le pays le plus riche du continent, hors très petits pays à la population et à la superficie particulièrement réduites, et majoritairement insulaires.

GABON – Cette performance est due aux importantes avancées en matière de diversification, à l’origine d’une économie plus solide et résiliente, et s’accompagnant de nombreuses réformes facilitant l’entrepreunariat, ainsi que d’une modernisation rapide du pays, dans le respect de l’environnement.

7 006 dollars par habitant début 2021

Selon les données récemment publiées par la Banque mondiale, le Gabon affichait un PIB par habitant de 7 000 dollars début 2021, dépassant ainsi celui du Botswana, qui s’établissait à 6 711 dollars. Le Gabon devient ainsi le pays le plus riche du continent, hors très petits pays ne pouvant être pris en compte pour l’établissement de comparaisons pertinentes en matière de richesse et de développement économique et social, en raison d’une très faible population (moins de 1,5 million d’habitants) et d’une superficie particulièrement réduite, avec un territoire parfois à peine visible sur une carte géographique.

Il s’agit notamment de Maurice, des Seychelles et de la Guinée équatoriale, qui affichent une richesse par habitant supérieure, mais dont la population est comprise entre seulement 0,1 et 1,4 million d’habitants, et dont le territoire est très limité (la Guinée équatoriale et Maurice, les deux moins petits de ces trois pays partiellement francophones, étant respectivement 9,5 fois et 131 fois moins étendus que le Gabon…).

Le Gabon et le Botswana ont le double point commun d’être des pays au sous-sol très riche en matières premières non renouvelables, tout en ayant une population quasi égale en nombre.

Peuplé de 2,2 millions d’habitants, le Gabon est en effet le 8e producteur africain de pétrole (et le 36e au niveau mondial) ainsi que le premier producteur africain et le 3e mondial de manganèse (et en passe d’en devenir le second, derrière l’Afrique du Sud), tandis que le Botswana, peuplé de 2,3 millions d’habitants, est le deuxième producteur mondial de diamants, après la Russie.

Sur ces deux points, ces deux pays peuvent également être comparés à la Namibie, pays voisin du Botswana et ancienne colonie sud-africaine ayant obtenu son indépendance en 1991 au terme d’un long conflit de 23 années.

Comptant 2,6 millions d’habitants, la Namibie est en effet le 5e producteur africain de diamants (et le 7e mondial), ainsi que le premier producteur continental et le quatrième mondial d’uranium, essentiellement destiné à la Chine et avec une production désormais près de deux fois supérieure à celle du Niger (second producteur africain, et fournissant aujourd’hui moins d’un tiers de l’uranium consommé par la France, qui s’approvisionne principalement au Kazakhstan et au Canada).

Toutefois, la Namibie traverse une grave crise économique depuis quelques années, et affiche un PIB par habitant de seulement 4 211 dollars début 2021, largement derrière le Gabon et le Botswana.

Diversification, réformes et économie résiliente

Les bonnes performances du Gabon résultent principalement d’une politique volontariste en matière de diversification menée au cours de la dernière décennie, dans le cadre de la mise en œuvre du Plan stratégique Gabon émergent (PSGE), lancé en 2009.

Visant à le sortir de sa forte dépendance aux industries extractives, tout en œuvrant à en tirer davantage profit en commençant à transformer localement une partie de la production, ce plan consiste à industrialiser le pays en s’appuyant grandement sur le développement de la filière bois et de l’agriculture, ainsi qu’à investir dans les services en développant notamment le secteur du numérique, et plus récemment le tourisme.

Dans ce cadre, le Gabon s’était illustré par la mise en œuvre d’une mesure très audacieuse dès le 1er janvier 2010, en interdisant l’exportation de grumes afin de valoriser la filière bois à travers la transformation locale avant exportation, et avec à la clé la création d’un tissu industriel source d’une valeur ajoutée bien plus importante.

Toujours dans cette optique, le gouvernement a mis en place une série de mesures incitatives afin d’attirer les investisseurs, dont, par exemple, la création de la zone économique spéciale (ZES) de Nkok, vaste zone franche s’étendant sur 1 1126 hectares à proximité de la capitale, et créée grâce à un partenariat public-privé (PPP) avec le groupe singapourien Olam, géant mondial de l’agroalimentaire.

Cette zone abrite désormais près de 80 entreprises (très majoritairement, mais pas uniquement, dans le secteur du bois), et représente à elle seule un tiers de la production nationale de bois transformé.

Grace à cette politique, le Gabon a ainsi multiplié par deux le poids de cette filière dans l’économie nationale, qui pèse désormais pour près de 5 % du PIB et 13 % des exportations de marchandises (13,5 % en 2020). Cette performance s’est notablement traduite par la multiplication par quatre du volume du bois transformé sur la même période, la création de plusieurs milliers d’emplois, et ce, tout en réduisant le volume total de bois coupé !

En quelques années seulement, le Gabon s’est ainsi hissé au premier rang africain et au troisième rang mondial pour la production de contreplaqués. Par ailleurs, le pays vient récemment de monter encore en gamme en commençant à produire des meubles exportables, et envisage même de devenir prochainement un des dix principaux exportateurs mondiaux en la matière.

De plus, le développement de l’industries de transformation du bois commence à entraîner l’apparition de nouvelles industries produisant d’autres matières nécessaires à cette activité. Ainsi, la première usine de fabrication de colle pour contreplaqué vient tout juste de démarrer sa production, en septembre dernier, et constitue une première dans les pays de la zone CEMAC.

En dehors de la filière bois, le Gabon a également porté son attention sur le secteur agricole et les industries agroalimentaires, fortement négligées dans le passé.

De nombreux programmes ont ainsi été mises en œuvre dans le cadre du PSGE, comme le Plan national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire et nutritionnelle (PNIASAN) et le programme Graine, lancés en 2014 et consistant notamment à distribuer des terres, à soutenir la création de coopératives, et à former, financer et équiper des agriculteurs.

Plus récemment, en juin 2021, et dans le cadre du Plan d’accélération de la transformation (PAT) lancé en début d’année, le gouvernement est même allé jusqu’à adopter une loi imposant aux entreprises actives dans le domaine de la distribution alimentaire de se fournir à hauteur de 50 % auprès de producteurs locaux pour leurs stocks de produits frais et transformés.

Une nouvelle loi audacieuse, visant à parvenir à la souveraineté alimentaire sur un certain nombre de produits stratégiques, et à réduire de moitié les importations de produits alimentaires, transformés ou non, d’ici 2025, dans un pays qui importe aujourd’hui environ les trois quarts de sa consommation en la matière.

L’augmentation attendue de la production agricole se fera notamment à travers les cinq zones agricoles à forte productivité, récemment créées, et s’appuiera également sur un futur centre de recherche et développement dédié au secteur, dont la création a été annoncée en juin dernier (et qui sera analogue à celui qui venait d’être inauguré quelques jours plus tôt en Côte d’Ivoire, grande puissance agricole).

Parallèlement à cette volonté de réduire fortement sa dépendance alimentaire, le pays a également œuvré à développer des cultures destinées principalement à l’exportation, et notamment celles du palmier à huile (pour l’huile de palme) et de l’hévéa, ou encore le café et le cacao qu’il souhaite relancer.

En 2020, et malgré la pandémie, les exportations d’huile de palme ont bondi de 59 %, et représentaient déjà 0,6 % des exportations du pays, quelques années seulement après les premières plantations d’arbres. Ayant inauguré en 2017 la plus grande usine d’huile de palme du continent, le Gabon ambitionne de devenir prochainement le troisième producteur africain et le premier exportateur continental d’huile de palme.

Et comme pour la filière bois, l’essor de cette activité est à l’origine de l’apparition d’autres productions industrielles, telles que la production de savon et la fabrication de biocarburants (qui devrait prochainement démarrer).

Ces efforts en faveur du développement agricole et industriel ont par ailleurs été accompagnés d’une politique volontariste de développement des nouvelles technologies et du secteur du numérique.

Et ce, en investissant notamment dans la construction d’un réseau haut débit à fibre optique (dès 2012), la numérisation de l’administration, le soutien à la transformation numérique des entreprises (à travers notamment de la création de Société d’incubation numérique du Gabon – SING, en 2018, en partenariat avec la Banque mondiale), et dans le soutien aux jeunes créateurs de startups, de plus en plus nombreuses.

Cette politique active de diversification a permis au Gabon d’augmenter considérablement le poids des activités non directement liées aux industries extractives dans l’économie nationale.

TO GO WITH AFP STORY IN FRENCH « SHALL-GABON COMPTE SUR LA TECHNOLOGIE POUR RELANCER LE CHAMPS DE RABI »
A worker walks past installations, 27 June 2003, at Shell-Gabon oil plant in Rabi, northwestern Gabon. Shell-Gabon will invest more than 150 million dollars aimed at boosting the declining oil filed in Rabi. AFP PHOTO DESIREY MINKOH / AFP / DESIREY MINKOH

Ainsi, ces activités ont été à l’origine de 14,5 % des exportations de biens du pays en 2019, soit plus du double que pour le Botswana (+99 % environ) qui affichait un taux de seulement 7,3 %, et dont la dépendance aux industries extractives (essentiellement les diamants, mais aussi le sel, entre autres) demeure écrasante.

Un écart important qui s’observe encore davantage en effectuant la même comparaison avec d’autres pays proches au sous-sol et aux fonds sous-marins particulièrement riches, comme le Nigeria et l’Angola, où ce taux n’atteint qu’environ 7 % et 1 %, respectivement, du total des exportations de biens (7,1 % et 2,0 % en 2019).

Au Nigeria, les activités directement liées aux hydrocarbures et aux industries minières sont ainsi à l’origine d’environ 93 % des exportations du pays (premier producteur africain de pétrole et huitième exportateur mondial, ainsi que 3e producteur continental de gaz naturel et 6e exportateur mondial de gaz liquéfié), tandis qu’elles pèsent pour environ 98 % des exportations de l’Angola (second producteur africain de pétrole, et désormais 2e producteur africain et 4e mondial de diamants).

Les importants progrès réalisés par le Gabon en matière de diversification ont ainsi permis au pays d’avoir une économie plus solide et capable de mieux résister aux crises internationales et aux fluctuations défavorables du cours et/ou de la production des matières premières, que celle de bien d’autres grands producteurs d’hydrocarbures, de minerais ou de pierres précieuses sur le continent.

Ainsi, le pays n’a enregistré aucune croissance négative sur la période de cinq années allant de 2015 à 2019, alors que le Botswana et le Nigéria en avaient déjà enregistré une (en 2015 et en 2016, respectivement), et l’Angola quatre (2015, 2016, 2017 et 2018). Quant à l’année 2020, marquée par la pandémie, le Gabon est toutefois parvenu à limiter la baisse de son PIB à seulement -1,3 %, la plus faible des quatre pays précédemment cités, et bien moindre que celle connue par la Botswana (-7,9 %).

Au final, et pendant la période 2015-2020 (6 années), la croissance annuelle moyenne s’est alors établie à 1,6 % pour le Gabon, soit le double que pour le Botswana (0,8 %) et le Nigeria (0,7 %, et pourtant bien moins développé).

Pour leur part, l’Angola ou encore la Namibie voisine ont enregistré une évolution annuelle négative de – 1,4 % et – 0.7 %, respectivement.

Par ailleurs, et malgré une croissance supérieure, l’inflation a été davantage maitrisée au Gabon, qui a affiché une inflation annuelle de 2,1 % en moyenne sur la période 2015-2020, contre 2,9 % au Botswana et 4,4 % en Namibie, et non moins de 12,9 % et 21,0 % pour le Nigeria et l’Angola, respectivement et pour la période 2015-2019 (selon les dernières données disponibles auprès de la Banque mondiale).

Ce processus de diversification a également contribué à accroître l’excèdent commercial du pays, passé de 1,9 à 3,4 milliards de dollars entre 2015 et 2019 (et à 2,0 Mds en 2020, toujours selon la Banque mondiale), alors que le Botswana peine désormais à enregistrer régulièrement un solde commercial positif, le pays ayant déjà affiché un déficit en 2015 et en 2019 (ainsi qu’en 2020, estimé à 2,1 Mds).

Sur la période de six années allant de 2015 à 2020, le Gabon a ainsi réalisé un excédent commercial de 2,5 Mds de dollars en moyenne annuelle, contre un déficit de 0,4 Md pour le Botswana.

Les récentes mesures audacieuses prises pour la promotion de la production alimentaire locale, ou encore le doublement prochain de la part de la production locale de gaz butane (devant être protée à 40 % d’ici deux ans, en 2023), seront également de nature à accroître les excédents commerciaux de pays, à travers la réduction significative des importations en la matière.

Au passage, il est à noter que la Chine est désormais le premier partenaire commercial du Gabon, dont elle a représenté 37 % du commerce extérieur en 2020 (et absorbé 49 % des exportations). Elle est suivie par la France, qui arrive en deuxième position avec une part de seulement 10 % du commerce extérieur.

Maderpost / FinancialAfrik

ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez connecter

21,986FansJ'aime
2,996SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -

Derniers Articles