Ciment – Les industriels engagent le bras de fer

BTP – Les trois producteurs de ciment se disent prêts a ester en justice l’arrêté du ministre du Commerce qui leur impose ramener à l’ancienne cotation le prix à la tonne.

Ca chauffe entre les industriels du ciment et le gouvernement qui ne parlent pas le même langage. Le bras de fer est inévitable puisque les cimenteries accusent des « pertes » qu’elles ne peuvent plus contenir.
Cela devient d’autant plus tendu qu’elles estiment que l’Etat du Sénégal est responsable de ce pertes occasionnées par des taxes sur la tonne qu’elles ne peuvent répercuter sur les prix de vente alors qu’en plus de ces taxes, viennent s’ajouter d’autres augmentations sur le prix du charbon et du pétrole.
Elles indiquent perdre 8 milliards de francs CFA par an. Regrettant que l’Etat soit aussi responsable des pertes enregistrées, elles n’excluent pas d’attaquer en justice l’arrêté du ministre du Commerce qui survient dans un régime pourtant libéral.
Le prix de la tonne de ciment a été augmenté de 5000 F CFA. Les trois cimenteries, Dangote, Sococim, les Ciments du Sahel, présentes sur le marché national ont décidé de répercuter la nouvelle taxe que l’Etat leur a imposée. Elles ont commencé par un augmentation de 3000 francs CFA à la tonne avant de monter, le 14 mai, le prix à 5000 FCFA.
Dans les faits, le ciment 32,5 est actuellement vendu à l’usine à  55.800 F CFA contre 50.800 F Cfa auparavant.

Et pour le ciment 42,5, le prix à l’usine est de 60.400 F CFA contre 55.400 F CFA précédemment.

Les commerçants ont ajouté 2000 francs sur les 5000, surenchérissant et portant le prix de la tonne de ciment à 7000 F CFA. 

Pour rappel, la loi n° 32-2016 portant loi de finances pour l’année 2017 du Sénégal a institué une nouvelle taxe à la charge des producteurs et importateurs de ciment.

Dénommée taxe spéciale sur le ciment, elle est due au tarif de 3 francs CFA par kilogramme de ciment.

Elle s’applique à tout ciment produit (première cession à titre onéreux ou à titre gratuit) ou importé (mise en consommation au sens douanier) au Sénégal. Les reventes en l’état de ciment ayant déjà effectivement supporté la taxe au Sénégal en sont ainsi exonérées.

Il convient de préciser que cette taxe spéciale sur le ciment s’appliquera en même temps que la contribution spéciale sur les produits des mines et carrières (CMSC), assise au taux de 3 % sur les ciments livrés sur le marché intérieur ou importés au Sénégal.

Habib NGOM

Articles connexes

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article

Les derniers articles

Ronaldo refuse un pont d’or des Saoudiens – La monarchie peine à redorer son blason

Cristiano Ronaldo aurait refusé un contrat colossal de l’Arabie saoudite qui voulait en faire une effigie pour son secteur touristique. Un rejet qui ne...

Marine Le Pen en tête des sondages – L’éternelle illusion d’une victoire face à Macron ?

Un nouveau sondage donne la présidente du RN en tête au premier tour de la prochaine élection présidentielle avec 27% des suffrages. Un score...

Face à la Chine, les «Indiens se méfient» d’un affrontement général

Un nouvel accrochage entre des troupes chinoises et indiennes a eu lieu à leur frontière commune dans la région du Sikkim. Spécialiste de l’Asie...

Algérie – 22 milliards de dollars de recettes pétrolières en 2020

Les recettes pétrolières de l’Algérie ont atteint 22 milliards de dollars en 2020, dont 2 milliards de dollars générés par les produits pétroliers, a...

Le pétrole a commencé la semaine du bon pied

Les prix du pétrole étaient en hausse lundi, soutenus tant par les perspectives d'une demande amenée à repartir aux Etats-Unis que par la promesse...

Newsletter

Subscribe to stay updated.