A la UneActualitésSports

Le rôle « oublié » de Khalifa Sall dans l’octroi des JO 2022

Sport

JOJ 2022 – S’il y a quelqu’un qui n’a pas été cité dans l’octroi de l’organisation à Dakar de la quatrième édition des Jeux olympiques de la jeunesse d’été JOJ 2022, c’est l’ex-maire de la ville de Dakar, Khalifa Sall, révoqué le 31 août dernier par décret présidentiel et qui pourtant, depuis sa cellule à la prison de Rebeuss où il purge une peine de cinq ans d’emprisonnement pour avoir produit de fausses factures dans l’affaire dite Caisse d’avance et devant laquelle doit se prononcer doit la Cour suprême, a fait le nécessaire pour que Dakar abrite ces jeux.

On en sait maintenant peut-être un peu plus sur les raisons qui ont précipité la révocation de Khalifa Sall de la mairie de Dakar alors que tous les recours en justice n’ont pas été épuisés, notamment celui de la Cour suprême. L’Organisation des JOJ souhaités par le CNOSS mais soutenue par la ville de Dakar sous le label duquel a été présenté aux décideurs du Comité international olympique (CIO) la candidature de Dakar 2022.

C’est le site Confidentiel Afrique qui lève le lièvre indiquant que « derrière l’euphorie jubilatoire des autorités sénégalaises d’avoir pu décrocher l’organisation des Jeux Olympiques 2022 à Dakar, se cachent des secrets insoupçonnés ».

Confidentiel Afrique dit avoir appris de sources bien informées, que c’est bien l’ancien maire de la ville de Dakar, Khalifa Sall, depuis sa cellule à la maison d’arrêt de Rebeuss, a apposé sa signature sur l’intention formulée par l’État du Sénégal d’organiser cette compétition prestigieuse.

Khalifa Sall place Dakar au dessus de ses ambitions

Un quitus qu’il fallait absolument délivrer aux dirigeants du Comité des Jeux olympiques en charge des joutes. Confidentiel Afrique de dire que ce quitus s’appelle le visa du maire de la ville.

En clair, un État ne délivre pas un visa d’organisation et ne porte pas les projets de ce genre. C’est une affaire des villes. Et seul l’édile de la ville de Dakar, fut-il en prison, était habilité à signer : « Il détient le pouvoir discrétionnaire ».

Confidentiel Afrique de dire que c’est au terme d’une visite effectuée chez Khalifa Sall par Mme Soham El Wardini, assurant alors l’interim du maire en détention, que la situation d’impasse s’est décantée.

« Ce n’est pas les hommes qui organisent ces Jeux Olympiques qui m’intéressent, c’est l’image du pays. Je donne mon accord. », aurait dit Khalifa Sall qui n’avait toujours pas de remplaçant.

L’ancien maire bénit le projet

Selon Confidentiel Afrique, l’entretien Soham Wardini et Khalifa Sall avait pour objectif de convaincre l’ex-maire à signer l’approbation pouvant permettre au Sénégal d’abriter ces Jeux olympiques de la jeunesse 2022.

Seule sa signature pouvait garantir la validation de l’organisation de ces jeux au Sénégal par le comité olympique.

Il faut noter que l’ancien maire avait effectué durant son magistère toutes les démarches avant son emprisonnement, afin que le Sénégal abrite cette compétition.

Selon Confidentiel Afrique, les autorités sénégalaises avaient même cherché à contourner le projet porté par la ville de Dakar, en présentant aux hauts dirigeants Olympiques, un projet similaire, cette fois ci, porté par la ville de Diamniadio.

Désormais c’est un dossier plié. Et Dakar sera à l’honneur en 2022 alors que d’autres pays comme le Botswana, la Tunisie et le Nigéria, étaient en embuscade. « On revient de loin », dite le site.

Dakar 2022 a présenté comme « un projet visionnaire »

La décision d’octroyer à Dakar l’organisation les JOJ a été prise à l’unanimité dimanche par un vote à main levé de tous les membres du Comité international olympique (CIO lors de sa session à Buenos Aires, en Argentine. C’est la première fois que les JOJ seront organisés en Afrique.

Quatre pays africains étaient en lice et, après une analyse approfondie, la commission d’évaluation et la commission exécutive ont estimé que Dakar, au Sénégal, offrait la meilleure proposition de valeur globale et les opportunités les plus solides à ce moment précis.

Dakar 2022 a présenté un projet visionnaire, ambitieux et techniquement viable répondant aux objectifs à long terme du pays.

Le Sénégal a une large population de jeunes et voit les JOJ comme un catalyseur pour mobiliser ceux-ci et développer le sport et la politique de la jeunesse dans le pays.

Les dirigeants du CIO se sont félicités des « importants investissements » déjà été effectués dans les secteurs de la jeunesse et du sport dans le cadre du “Plan Sénégal émergent”, établissant « la vision du président du Sénégal jusqu’en 2035. »

Le président du CIO, Thomas Bach, a déclaré : “L’Afrique est unie derrière le Sénégal pour accueillir les Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2022. C’est au tour de l’Afrique, au tour du Sénégal, avec sa population de jeunes et sa passion pour le sport.”

Les compétitions et autres activités se dérouleront dans trois villes, montrant ainsi les nombreuses facettes du Sénégal : la capitale historique de Dakar, la nouvelle ville de Diamniadio et la beauté naturelle de Saly sur la côte.

Le président du Sénégal, Macky Sall, qui a fait le voyage jusqu’à Buenos Aires pour la décision historique du CIO a déclaré : « Le Sénégal et sa jeunesse sont fiers de l’honneur que vous nous faites, en confiant à notre pays l’organisation des Jeux olympiques de la Jeunesse de 2022. En définitive, c’est toute l’Afrique, berceau de l’humanité par l’histoire et plus jeune continent par sa démographie, qui donne rendez-vous à la jeunesse sportive du monde en 2022. »

Grâce au pouvoir rassembleur du sport, le CIO est heureux de pouvoir compter sur les quatre parties, qui ont toutes approuvé sa décision et se sont engagées à soutenir pleinement l’hôte sélectionné.

La décision a été prise durant la 3e édition des Jeux Olympiques de la Jeunesse, qui se tient actuellement à Buenos Aires du 6 au 18 octobre.

Maderpost avec Confidentiel Afrique

Articles relatifs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Voir aussi

Close
Close