A la UneActualitésPolitique

Défense aérienne – Tout sur le L-39NG

Depuis le 04 avril 1960, année de son indépendance auprès de la France, chaque année, le Sénégal organise un défilé militaire pour commémorer cette date. En 2018, alors que le thème du défilé portait sur la contribution des Forces de défense et de sécurité à la paix et à la sécurité internationale, le Président du Sénégal, Macky Sall, annonçait la modernisation et un renforcement de la Force aérienne sénégalaise. 

ARMEMENT – Lors de son discours, le Président avait annoncé que le Sénégal venait de signer un contrat avec l’avionneur tchèque Aero Vodochody pour l’achat de quatre avions d’attaque au sol L-39NG.

«Cette année, nous avons assisté à un beau spectacle de l’armée de l’air avec des aéronefs L39NG. Ces appareils serviront de renforcer ses capacités d’intervention. Nous poursuivons les mêmes efforts avec la marine nationale, l’armée de terre, la gendarmerie ainsi qu’autres corps militaires et paramilitaires», avait-il dit sans son discours.

De son côté, l’entreprise tchèque publiait un communiqué de presse à la suite de cette annonce, confirmant le contrat, dont le montant n’avait pas été dévoilé.

Selon l’entreprise tchèque, outre l’achat de quatre avions, le contrat comprenait «la formation des pilotes, y compris la conversion et la formation des instructeurs aux missions de combat, la formation du personnel de maintenance, les pièces de rechange, l’équipement de soutien au sol et les services de soutien logistique»

Pour marquer la signature de ce contrat, le gouvernement sénégalais avait fait défiler deux L-39C de la patrouille acrobatique privée Baltic Bees Jet Team, qui avait aussi réalisé une démonstration aérienne.

A propos du L-39NG

Le L-39NG est basé sur son grand frère, le L-39, qui a été produit à plus de 2 800 exemplaires entre son premier vol en 1968 et l’arrêt de sa production en 1997, dont une très grande majorité est sortie des usines d’assemblage sous l’occupation soviétique.

A la chute de l’URSS, les ventes d’avions chutent considérablement pour Aero Vodochody. L’entreprise se recentre alors sur le marché de la sous-traitance, entre autres, pour Boeing ou Bombardier notamment.

Souhaitant revenir sur le marché de l’avion d’entraînement avancé et des avions de combat, l’avionneur lance officiellement son L-39NG en juillet 2014 pour un premier vol en septembre 2015. Si la structure de l’avion est similaire à celle du L-39 de l’époque soviétique, tous ses systèmes embarqués ont été entièrement revus avec des équipements modernes qui s’adaptent aussi bien aux forces aériennes de l’OTAN, aux pays avec peu de ressources financières ou aux pays de l’ancien bloc soviétique.

En comparaison au L-39 d’origine, Aero Vodochody a diminué le poids de l’avion, a réduit sa traînée avec le retrait des réservoirs situés en extrémité d’aile et a augmenté la durée de vie des cellules à 15 000 heures de vol.

L’appareil mesure 12,03m de long pour une envergure de 9,56m. Avec un poids à vide de 3t100 et une masse maximale au décollage de 5t800, le L-39NG dispose d’une vitesse optimale de 775km/h, d’un rayon d’action de 2 590km et d’un plafond 11 500m.

L’avionique est basée sur celle que l’on retrouve dans les avions de combat dits de «4ème et de 5ème génération» (appellation purement commerciale) avec des écrans numériques aménageables en fonction de la mission, et adaptables à l’utilisation de jumelles de vision nocturne.

Le cockpit dispose du système HOTAS (Hands on throttle and stick, Mains sur manche et machine), un ordinateur de bord qui s’adapte en fonction de la mission (navigation, air-sol et air-air) et qui est capable de simuler le tir de missiles ou bombes air-sol.

L’ensemble est propulsé par le turboréacteur FJ44-4M de l’entreprise Williams International, qui équipe aussi l’avion d’entraînement avancé et de combat M-345 HET (high efficiency trainer) de l’italien Leonardo.

Aero Vodochody affirme que ce moteur permet de prolonger la durée de vie des cellules, dispose de technologies récentes et augmente les performances de l’avion (temps d’accélération de 3 à 5 secondes au lieu de 9 à 12 sur l’ancienne flotte). Enfin, il est censé réduire les coûts d’exploitation et demander une maintenance moins forte.

Aero Vodochody explique que son avion est adapté à un large spectre de missions. Il est capable de faire de la formation initiale et avancée, de «jouer» la fonction d’Aggressor, d’être utilisé pour de la démonstration aérienne ou pour une utilisation privée (pour les plus fortunés…) et de conduire des missions opérationnelles.

Concernant ces dernières, le L-39NG peut effectuer des missions de police du ciel, des missions d’appui aérien rapproché ainsi que des missions de reconnaissance, d’observation et de surveillance.

L’avionneur n’annonce pas le type précis d’armement qu’il peut tirer, mais il est capable d’emporter des nacelles lance-roquettes air-sol non guidées, des bombes air-sol guidées laser ou non guidées, des missiles air-air et une nacelle de reconnaissance. Enfin, il emporte aussi des pods canon.

Maderpost

Articles relatifs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close