Crise scolaire: le ministre Cheikh Kanté et les enseignants ne parlent pas le même langage

Le ministre chargé du Suivi du Plan Sénégal Emergent (PSE), désigné médiateur entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants, Cheikh Kanté ne parle pas le même langage que le G7.

« Une très belle rencontre. Cette deuxième plénière pour un bon suivi des accords du 30 avril 2018, nous a permis d’éplucher l’ensemble du protocole point par point et de nous rencontre des avancées significatives. Au niveau de la fonction publique, nous avons vu que la dématérialisation, la fonctionnalité du guichet unique, la publication de actes administratives d’admissibilités avancent. Mais nous nous sommes rendus compte que le gouvernement a respecté les engagements financiers. 57 milliards FCFA des arriérés ont été payés en 2018, 52 milliards FCFA en 2019, les indemnités de logement ont été intégralement respectées et ça va coûter à l’État désormais 117 milliards 600 millions FCFA », se réjouit le médiateur.

Un avis non partagé avec qui il a été sur la table des négociations, ce samedi. En effet, Saourou  Sène secrétaire général du syndicat autonome des enseignants de moyen secondaires du Sénégal, le Saems par ailleurs, porte parole du G7, au terme de leur discussions a clairement signifié au ministre que les enseignants restent sur leur faim. »

Ce pendant, le ministre reconnaît  » des points d’alerte qui tournent au tour du système de renumérotation ». Selon Cheikh Kanté « cela n’est pas spécifique aux enseignants, mais plutôt à l’ensemble des fonctionnaires de l’État. Et le président de la République a donné des instructions afin qu’une solution rapide soit trouvée »

A dire que pour le moment aucun accord n’est trouvé, après cette rencontre qui a duré sept (7) tours d’horloge. Une année scolaire apaisée risque de ne pas se produire en 2020.

Ci dessous les accords du 30 avril 2018

– le parachèvement du processus de dématérialisation des actes et procédures
de la Fonction publique ;

– le paiement intégral des rappels ;

– la mise en place d’un nouveau système de rémunération ;

– la création du corps des Administrateurs scolaires ;

– l’application des conclusions issues des concertations sur l’enseignement de
l’arabe ;

– la libération des prêts-logements pour les conventions de DMC délivrées en
2016 ;

– l’application totale de l’accord sur les passerelles professionnelles ;

– la remise de notifications d’attribution de parcelles à toutes les organisations.

Maderpost – Pressafrik.com 

Articles connexes

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article

Les derniers articles

Vidéo – L’armée de Haftar annonce avoir détruit un navire turc transportant des armes

L'Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar a annoncé avoir détruit un navire turc transportant des armes et des munitions dans le port...

Pétrole et Gaz – La délégation de la Chambre africaine de l’énergie plaide pour le contenu local

Les premiers projets pétroliers et gaziers du Sénégal étant en cours de développement et leur première production étant attendue dans les deux ans, la...

Ingérence dans la Présidentielle en Guinée Bissau – Ousmane Sonko a joué et a perdu ! (Tribune)

"La paix n’est jamais acquise, il importe de la vouloir, de la défendre et de la consolider à tous les niveaux de responsabilité" disait...

Les braqueurs des cambistes en 2015 lourdement condamnés

Les trois hommes comparaissant pour un braquage devant les locaux de Orabank sur la rue Carnot X Jean Jaurès (Dakar), le 22 mai 2015...

Edmond Bora, nouveau chef du MFDC (Presse)

Le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) aurait désigné Edmond Diatta comme son nouveau chef, trois mois après l’assassinat du chef rebelle Abdou...

Newsletter

Subscribe to stay updated.