Abdoulaye Diop installe la commission de la carte nationale de presse et de la validation des acquis de l’expérience

Le ministre de la Culture et de la Communication Abdoulaye Diop a procédé, ce lundi, à l’installation officielle de la commission de la carte nationale de presse et de la validation des acquis de l’expérience, composée de huit membres titulaires et de leurs suppléants, à sa tête le journaliste Daouda Mine.

La carte nationale de presse qui n’était pas délivrée depuis les années 2006 -2007 était très attendue par les acteurs de la presse pour l’assainissement du secteur.

En effet, « ce sujet de la presse confronté à d’énormes difficultés d’ordre économique, social et professionnel, est lié particulièrement à une absence de carde juridique et réglementaire adaptées.

Cette situation a créé un grand flou dans le secteur, la qualification de l’organe de presse est devenue confuse avec la multiplication des supports particulièrement dans le texte marqué par l’avènement numérique. On ne sait plus qui est journaliste et qui ne l’est pas », a soutenu le ministre Abdoulaye Diop face à la presse.

Il ajoute « Or, nous en convenons tous que malgré le rôle important que joue la presse sénégalaise dans l’éveil de la conscience et sa large contribution à la construction des sociétés modernes à la promotion et à la consolidation de la démocratie, la presse peut aussi, si elle n’est pas professionnelle et adossée sur des principes d’éthique et de déontologie détruit des vies, disloque des foyers etc… »

Conscient des dérives de la profession, le président nouvellement installé à la tête de la commission de la carte nationale de presse et de la validation des acquis de l’expérience, Daouda Mine, promet l’application des textes.  « La mise en place de cette commission participe à l’assainissement de la presse. L’ancien code disait : est journaliste que celui qui est sorti d’une école de formation et qui tire l’essentiel de ses revenus dans ses fonctions de journaliste ; mais le deuxième alinéa posait problème.

Ceci disait est journaliste celui qui est formé dans une rédaction régulière et qui exerce la fonction de journaliste. Pourquoi ce deuxième alinéa posait problème?  parce que tout, simplement, il n y avait pas de critères de formation et pas de commissions pour valider les acquis au niveau de ses rédactions. Mais,  les nouvelles dispositions du code la presse a résolu ça. Et nous, on nous a demandé d’appliquer ses dispositions est, c’est ce que nous allons faire».

La prochaine étape de la commission est de valider le règlement intérieur, celui qui leur permettra de travailler, de suivre la procédure qui sera édictée. Car, pour le président Daouda Mine, « il faut comprendre que notre travail est encadré par le code de la presse.

Les dispositions du code sont claires et ce sont (elles) qui nous disent ce qui est attendu de nous, ce que nous devons faire, et ce que nous ne devons pas », renseigne t-il.

Articles connexes

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article

Les derniers articles

Vidéo – L’armée de Haftar annonce avoir détruit un navire turc transportant des armes

L'Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar a annoncé avoir détruit un navire turc transportant des armes et des munitions dans le port...

Pétrole et Gaz – La délégation de la Chambre africaine de l’énergie plaide pour le contenu local

Les premiers projets pétroliers et gaziers du Sénégal étant en cours de développement et leur première production étant attendue dans les deux ans, la...

Ingérence dans la Présidentielle en Guinée Bissau – Ousmane Sonko a joué et a perdu ! (Tribune)

"La paix n’est jamais acquise, il importe de la vouloir, de la défendre et de la consolider à tous les niveaux de responsabilité" disait...

Les braqueurs des cambistes en 2015 lourdement condamnés

Les trois hommes comparaissant pour un braquage devant les locaux de Orabank sur la rue Carnot X Jean Jaurès (Dakar), le 22 mai 2015...

Edmond Bora, nouveau chef du MFDC (Presse)

Le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) aurait désigné Edmond Diatta comme son nouveau chef, trois mois après l’assassinat du chef rebelle Abdou...

Newsletter

Subscribe to stay updated.